Voir les messages sans réponses
Dance with your soul and follow your heart (Summer <3)
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez
 

 Dance with your soul and follow your heart (Summer <3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
MessageSujet: Dance with your soul and follow your heart (Summer <3)   Dance with your soul and follow your heart (Summer <3) EmptyVen 29 Sep - 23:12


Dance with your soul

and follow your heart

summer & georgie


Sept heures du matin. Peut-être semble-t-il encore relativement tôt pour commencer sa journée. Mais c'est toutefois l'heure à laquelle j'arrive dans la grande salle de cours. Mon sac d'affaires déposé sur le sol, je ne perds pas de temps pour brancher le poste de radio et laisser la musique envahir les lieux. Un peu de rythme, de basse, de sonorités énergiques et propre à ce qu'on peut entendre dans une salle de fitness. Si j'impose tout début de cours par des échauffements et des étirements, il va de soit que je m'adonne moi-même à ses exercices avant de commencer les cours en question. Ainsi, après avoir attraper une petite bouteille d'eau dans mon sac et en avoir avaler deux trois gorgées, je m'avance face au grand miroir et me mets en position. Bras tendus, jambes écartées, je laisse d'abord mon corps se fléchir et se courber vers l'avant afin de bien étirer mes membres. Je me redresse. Je me rabaisse. Je commence à rajouter des torsions d'avant en arrière. Et puis je m'attelle à tout ce qui concerne l'assouplissement : la base dans une telle discipline. Énergie, souplesse, équilibre, dextérité et stabilité. On n'oublie parfois que tout cela est nécessaire et indispensable pour pouvoir se mouvoir tel qu'on le désire et, ce, avec le moins de difficultés possibles. Mettre ses muscles en chauffe. Mettre son corps en branle. Le préparer à toutes les tortures que certains mouvements peuvent lui infliger. Oui, la danse est toute ma vie, je ne ferais rien d'autre pour vivre. Cependant, cela ne m'enlèvera pas la clairvoyance de reconnaître que tout danseur digne de ce nom se doit malgré tout d'être maso sur les bords ! Mais soit, nous ne sommes pas là pour en débattre, tout du moins, pas maintenant, et encore moins de si bon matin !

Mes exercices d'échauffement terminé, je reviens poursuivre mon tête à tête avec ma bouteille d'eau avant de jeter un coup d'oeil sur l'heure affichée par mon téléphone. Sept heures et demie. Un petit rictus satisfait. Pourquoi ? Car cela me laissait encore un petit quart d'heure de libre avant que les premiers étudiants n'arrivent. Et oui, j'avais pour principe de toujours indiquer à mes élèves le début des cours un quart d'heure plus tôt que l'heure scolaire. La raison ? Car le temps que tout le monde arrive, se dise bonjour et sois prêt à travailler, il était huit heures tapantes ! Bref ! Après avoir vidé ma première petite bouteille d'eau, je retourne vers la stéréo et lance un morceau de pop française que j'ai découvert il y a quelques semaines. Un très beau morceau, aux paroles splendides sous une rythmique prompte à la danse. Et il était évident que mon inspiration avait besoin de s'exprimer dans de telles circonstances. De plus, cela allait parfaitement avec la thématique que je comptais aborder avec mes troisièmes années : l'accompagnement des paroles. Entendons par là le fait de trouver la gestuelle rythmique illustrant au mieux possible, idéalement de manière parfaite, les paroles véhiculées par la chanson, et non uniquement la musicalité. Un exercice parfois à l'allure simple et pourtant diablement compliqué à la fois. Ce n'est pas pour rien d'ailleurs que je leur avais donné comme préparation de monter une danse en ce sens sur le morceau de leur choix. J'avoue d'ailleurs que ma curiosité était déjà fortement titillée et qu'il me tardait de découvrir l'ensemble de leur création individuelle.

En attendant, je décidai de me faire plaisir. Je lançai la musique et me replaça face aux miroirs de la salle. Immobile, tête penchée, ce n'est qu'au début des notes que je laisse mes bras se tendre lentement avant d'enchaîner par de petits mouvements moins raides et beaucoup plus fluides. Mes jambes commencent lentement à suivre le mouvement. Mon corps se penche, mon corps se courbe. Il tourne sur lui-même avant de s'arrêter et de se fixer dans le sol, afin que seul le haut de mon corps n'accompagne les paroles que je pouvais entendre. Puis, le refrain se fait annoncer. La rythmique change. Mes gestes se font plus rapides, plus courts et mes jambes reprennent leurs actions frénétiques. Je me regarde à peine dans la glace et néglige totalement le rendu que cela peut donner. En réalité, je suis en train de me laisser porter et transporter par la musique par chaque pore de ma peau. Elle glisse à travers mes veines comme une mélodie ayant le besoin de s'exprimer avec douceur, et puis avec d'avantage de déchaînement. Mes mains se croisent à hauteur de mon coeur pour en mimer une paire de battements. Mes bras viennent se placer et s'écarter face à mon visage. Mes jambes se plient. Mes jambes me font tournoyer. À nouveau elles se montrent fluides puis d'avantage saccadées afin que tout soit en parfaite corrélation avec les notes que j'entends. Toutefois, à peine ais-je le temps de rouvrir mes yeux après le break musical du morceau que je vois une silhouette que je connais plus que très bien déjà au travers du grand miroir mural. « Summer ?! » Me surpris-je, cessant alors tout mouvement de danse et me sentant l'espace de deux trois secondes gênée et immobilisée. Deux à trois secondes de surprise avant que mon visage n'étire un doux sourire. « Tu es en avance, non ? » Lui demandais-je, tant par curiosité que comme une fille prise en flagrant délit d'avoir fait quelque chose de mal ou de gênant. « Désolée, je répétais un petit quelque chose... » Souris-je en laissant, sans m'en rendre compte, mes joues rosirent quelque peu pendant que je vins éteindre le poste radio. « Comment vas-tu ? En forme pour cette nouvelle matinée ? »



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dance with your soul and follow your heart (Summer <3)   Dance with your soul and follow your heart (Summer <3) EmptyDim 1 Oct - 12:24


Dance with your soul

and follow your heart

summer & georgie


Le rituel du matin. De chaque début de matinée. Se réveiller avec une musique qui amène de la bonne humeur et qui vous donne envie de vous lever afin de pouvoir travailler avec une énergie débordante. Aujourd’hui, une de mes musiques favorites s’éveille alors du répertoire discographique d’une grande et talentueuse chanteuse, décédée à l’heure d’aujourd’hui, Whitney Houston. Une de ses chansons emblématiques que TOUT LE MONDE peut, non doit se mettre à danser tant elle est rythmée, tant elle est énergique : I Wanna Dance With Somebody. Généralement, j’éprouve beaucoup de mal à me lever, à me sortir du lit, surtout quand j’ai passé une très bonne nuit de sommeil et que j’ai eu des rêves aussi splendides les uns que les autres. C’est surtout les rêves qui peuvent vous empêcher de vous motiver à vous lever. Pourquoi ? La raison est simple : vous avez juste envie, terriblement envie, de voir la suite des évènements tant votre esprit s’est impliqué dans ce phénomène étrange et mystérieux. C’est pour cela que j’ai décidé de prendre une décision radicale pour ne pas arriver à mes cours avec la tête de six pieds de long : activer mon téléphone portable sur plusieurs réveils avec des musicalités différentes et variées. La musique, la musique dans toute sa splendeur, fait partie intégrante de ma vie désormais, et il est normal, enfin, je pense, que je puisse m’éveiller avec de la bonne musique dans les oreilles ! Ainsi, c’est avec un sourire aux lèvres que je m’étire complètement dans mon lit, effectuant un léger bâillement, avant de m’y extirper après plusieurs minutes. C’est parti, que la journée commence !

Le rituel se poursuit par un passage express, et pourtant revigorant, sous la douche ! Certains ne le feraient pas directement, en vue du premier cours que j’ai ce matin… Et je ne comprendrais jamais toutes ces personnes qui préfèrent se laver après leur journée qu’avant la débuter… Chacun sa façon de vivre après tout et cela ne va pas changer ma vie après tout ! Le premier cours de ce matin… C’est ce qui apporte une plus grande bonne humeur à mon état actuel du réveil. En effet, autant le contenu du cours en lui-même est prompt à me satisfaire que l’implication de son enseignante l’est encore davantage. Je n’arrive pas à mettre des mots justes et justifiés sur ce que je peux ressentir quand je suis en sa présence. En fait, j’ai à chaque fois envie d’être la toute première à arriver à ses cours. La raison est telle que j’aime avoir ces quelques minutes privilégiées avec cette dernière pour échanger quelques mots, pour savourer le son mélodieux de sa voix, pour savourer les gestes qu’elle peut effectuer avant qu’elle ne débute son cours… C’est une enseignante extrêmement appliquée et qui se donne beaucoup de mal pour faire partager sa passion, pour que ses étudiants puissent suivre sans être forcément dans une difficulté hallucinante. Il n’y a pas beaucoup de professeurs qui se donneraient tant de mal pour la réussite de ses élèves et c’est notamment pour cela que je l’apprécie, que je l’aime beaucoup. Et puis, Mademoiselle Leightwood est toujours illuminée, rayonnante et resplendissante de beauté, de vie, en tout point. C’est une source d’inspiration à elle toute seule. Je ne sais pas si je suis la seule à le penser, mais, en tout cas, je suis très contente de l’avoir, de commencer la journée avec elle et je ne vais pas m’en cacher !

Secrètement, avant de me rendre à l’intérieur de la salle de cours, j’aime m’adonner à quelques exercices d’étirement pour motiver mes muscles à se mettre en route, pour apporter l’énergie nécessaire et adéquate à mon cerveau pour qu’il puisse se réveiller et travailler. C’est tout un processus assez compliqué à mettre en place et il faut s’en donner les moyens, surtout… sinon, tu finis par arriver avec une tête d’enterrement et tu es paré pour un éventail de bâillements à répétition tout au long de la journée ! Ou alors, je veux juste être un élève modèle et surprendre son professeur favori… allez savoir ! J’enfile ma tenue de sport. Je prends quelques minutes pour boire un grand verre de jus d’orange pressé, ainsi qu’une barre de céréales avant de quitter ma chambre et de me rendre à la salle de cours. Je suis impatiente. Je suis impatiente par ce que cette heure de cours va nous réserver… Et mon petit doigt me dit qu’elle sera très enrichissante…

… et parfaitement resplendissante… Je ne sais pas depuis combien de temps je suis devant la salle de cours. Je ne sais pas à quelle heure, très exactement, je suis arrivée devant cette grande porte, mais une chose est sûre, je ne suis pas déçue d’être arrivée aussi tôt… Un spectacle merveilleux… D’une élégance à l’état pur… D’une pureté sans nom… Je suis absorbée et transportée par l’univers que Georgina transmet à travers ses gestes d’une simplicité rare, par cette fluidité qui s’en extirpe. Et puis cette musique… Je ne suis pas une bilingue, ou une trilingue experte dans l’apprentissage des langues, mais je reconnais les paroles françaises de cette chanson. Je les reconnais, car, (et ça, je peux remercier une de mes tantes) j’ai voyagé, pendant quelques mois, à Paris, la capitale de la France. J’ai connu la capitale en accompagnant ma tante pour son défilé de mode, car oui, elle est mannequin. Et j’ai passé beaucoup de temps à aller à droite et à gauche pour me parfaire de cette langue inédite. Même si j’éprouve encore des difficultés à tout bien distinguer, je ne peux que dire une chose : magnifique. Magnifique car les gestes que la professeur effectue sont en parfaite adéquation de ce morceau extrêmement bien choisi par la situation. Je suis transportée… totalement transportée… et je me sens totalement brusquée, non, frustrée quand j’aperçois l’arrêt total de la professeur… par ma faute… « Hum… euh… oui… j’aime toujours arriver en avance, donc… » Alors que j’étais hyper énergétique et tout, voilà que tout l’engouement est retombé comme une masse. Une masse que je ne m’explique pas… Mais dès que j’entends sa voix, dès qu’elle est face à moi, je perds mes moyens. C’est dingue non ? Face à moi, mes mains gesticulent dans tous les sens quand elle se confond en excuse. « Non, non, non… Il ne le faut pas… C’est plutôt moi qui m’excuse de t'avoir interrompu… Je ne le voulais pas… » Discrètement, je m’étais, effectivement, avancée dans la pièce, faisant attention de ne pas l’interrompre encore plus tôt. Je m’étais mise à un coin de la pièce pour ne pas la déranger et avoir un angle de vue idéal pour l’admirer. Un sourire doux et sincère se crée et se solidifie sur mon visage. Il demeure présent et persistant. Je dois, d’ailleurs, baisser quelques fois les yeux pour ne pas être une timbrée qui reluque son objet de convoitise avec une gourmandise débordante. « Hum… oui, je vais bien… Les oiseaux chantent… Je commence la journée par le meilleur de mes cours et la meilleure de mes professeurs, que demander de mieux ? » M’enquis-je à lui répondre alors que je viens déposer mon sac à ma place habituelle. « Et toi ? Comment vas-tu ? Tu me sembles rayonnante, aujourd'hui... » Je me retourne pour la regarder alors, toujours sourire jusqu’aux joues. « Cette chanson… et ce début de danse… si transportant, si inspirant… si beau… Qu’elle est-ce… ? »



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dance with your soul and follow your heart (Summer <3)   Dance with your soul and follow your heart (Summer <3) EmptyLun 2 Oct - 16:01


Dance with your soul

and follow your heart

summer & georgie


Interrompue de façon involontaire, prise au dépourvu et surprise, je n'avais su poursuivre le rythme observé par mon corps dés lors que mes yeux avaient remarqué la silhouette de mon élève dans le grand miroir mural. Et, surtout, pas n'importe quelle élève. Je n'avais beau entamer que ma seconde année d'enseignement, toutefois, je dirais que j'aime tisser naturellement une certaine sorte de lien avec mes élèves. Un lien amical, bienveillant et de prévention. Pour que, de un, ils n'en soient pas au point de me considérer comme une ennemie et, de deux, pour aider les plus récalcitrants et les plus ronchons à aborder les cours en l'étant un peu moins. Par expérience, je peux aisément dire que les résultats sont toujours plus probants, et semblent beaucoup moins insupportable, quand on demeure dans une ambiance chaleureuse et conviviale. Bien évidemment, il ne fallait pas non plus pour autant hésiter à hausser le ton. Et même si ce n'était pas ce que je préférais, je n'y allais pas par quatre chemin quand un de mes élèves tentaient de mettre mes nerfs à rude épreuve. Mais dans l'ensemble, j'avais l'espoir, voire même l'assurance que mes cours se passaient dans un climat agréable et prompt à l'épanouissement. Bon, d'accord, j'avoue que je tomberais de haut si quelqu'un venait avec un oeil critique pour me dire que, en fin de compte, je m'y prenais très mal, comme un pied et que je n'avais rien compris à l'art d'enseigner. Néanmoins, pour me guider, et savoir comment agir, je dois reconnaître que les souvenirs de mon ancien club de danse, de la manière dont le tout tournait d'une main de maître, est un bon exemple et une excellente source d'inspiration pour affronter chaque nouvelle leçon.

Cependant, au-delà de ce simple lien chaleureux, je dois dire qu'avec l'étudiante en question, Summer, il y avait ce petit quelque chose... Ce petit plus d'assez différent et parfois tellement minime... Mais qui faisait néanmoins toute la différence ! Était-elle ma chouchoute ? Mon élève préférée ? LA numéro un de sa 'classe' ? Je préfère observer une certaine prudence et dire que non, que ce n'était pas ça. Attention, elle avait un excellent niveau de danse et une très bonne capacité d'apprentissage. Je ne sais pas si je peux aller jusqu'à dire que je me reconnais quelque peu en elle... Mais oui, elle est douée. Très douée. Et je n'ai aucun doute, ni aucune inquiétude quant à ses compétences de danseuse pour le reste de son avenir professionnel. Mais je ne peux pas dire qu'il est question qu'elle soit la chouchoute ou la préférée du prof. Je ne le veux pas. Je suis contre le favoritisme... Même si, par moment, nos gestes ou nos comportements trahissent le tréfond de nos pensées. Cela dit, je ne crois pas au culte de la compétition envers l'excellence. Ce n'est pas dans ces conditions là que j'avais appris et perfectionné la danse. Par extension, ce ne sont donc pas des conditions que je veux non plus imposer à mes élèves. Pourtant, et paradoxalement, j'aimerais parfois que ce soit juste parce qu'elle est mon élève préférée... Car, au moins, tout serait beaucoup plus clair et beaucoup plus limpide pour moi ! J'apprécie Summer pour l'élève qu'elle est. Tout comme je dois reconnaître éprouver une certaine forme de satisfaction et de bien-être quand je suis en sa présence... Et peut-être d'avantage ? Là est toute la question. Là est tout le problème. Je suis tout simplement incapable de savoir ce que je peux éprouver face à cette délicieuse et talentueuse élève. Mais si je n'en dis mot, si je ne veux pas me l'avouer et si je préfère me le cacher ou me voiler la face, au fond de moi, je sens que ce n'est pas uniquement amical... Mais quoi ?!

Je préfère toutefois dissimuler de tels troubles derrière un simple aspect gêné et finement timide lorsqu'elle m'aperçoit et que je m'interromps. « Un excellent réflexe ! Et une qualité que j'apprécie beaucoup ! » Souris-je simplement tout en venant attraper ma crinière blonde pour réajuster mes cheveux et bien les caller en une queue de cheval solide et soutenue. Puis, c'est un bon moyen pour éviter de me sentir trop troublée en la voyant se confondre en excuse avec tellement de gêne, de timidité ne rendant son petit minois que plus charmant et plus mignon encore. Une attitude tellement adorable, et ne faisant d'elle qu'une demoiselle plus craquant qu'à l'ordinaire. Une réalité qui m'arracha d'ailleurs une discrète boule au ventre et une légère hausse de vigueur des battements de mon coeur. Autant se convaincre qu'il s'agissait du résultat de l'effort physique récemment produit... Même si tu sais pertinemment, Georgie, qu'il t'en faut plus que ça ! « Ce n'est pas grave, ne t'en fait pas. Je n'ai pas encore eu le temps de terminer, ni de peaufiner cette chorégraphie de toute façon... » Finis-je ma queue de cheval tout en relevant un visage doux et souriant à son encontre. Pourtant, ce que je ne pouvais nullement prédire, c'est que c'est elle qui, en un quart de seconde, me troubla et me rendit quelque peu chose par un simple compliment. Oui, ce n'étaient que des mots que les mauvaises langues auraient qualifié de fayotage. Toutefois, venant de sa part, ça me touchait. Ca me touchait car c'était elle. Et ça me touchait d'autant plus car je sentais qu'elle s'exprimait avec sincérité. Après tout, en une année, nous avions appris à nous connaître quelque peu, et suffisamment je pense pour remarquer un compliment lancé pour l'humour ou avec le coeur. De nouveau, j'essayais de ne rien faire paraître... Mais se rendait-elle seulement compte que ses propos firent rater un battement à mon coeur et fut la naissance d'une petite vague de chaleur au travers de mes os et de mes veines ? Vous savez, un peu comme cette sorte de frisson de plaisir ou d'excitation que l'on ressent principalement dés qu'on se sent merveilleusement bien, voire même totalement à l'aise ? Sans pour autant l'être ironiquement... « Petite flatteuse, va ! Ne crois pas que ça te dispensera pour le devoir que je vous avais donné ! » Plaisantais-je, préférant utiliser l'humour et la légèreté pour dissimuler ce qu'elle m'inspirait alors. « Moi ? Oh, tu sais... Tant que je peux continuer de me lever pour danser et pour travailler pour ce cher oncle Walt, je pense que je serai toujours rayonnante... » Souris-je pleinement. « Mais je te remercie pour le compliment... » Me risquais-je naturellement et spontanément à la gratifier d'un petit frottement de main, en guise de remerciement, sur son épaule. Je reprends toutefois possession de ma main assez rapidement, conservant mon sourire et sentant de l'appréciation face à sa curiosité musicale. « C'est un morceau français, s'inspirant de tout le malheur qui frappe le coeur du monde et de chacun d'entre nous, tout en cherchant à les réparer... Je te le passerai si tu veux ! » Je n'étais jamais avare en termes de partage musical. Et je ne me priverais aucunement d'offrir un petit cadeau musical à ma belle Summer ! « Alors, prête pour l'exercice que je vous ai demandé de préparer ? »

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dance with your soul and follow your heart (Summer <3)   Dance with your soul and follow your heart (Summer <3) EmptyLun 2 Oct - 17:23


Dance with your soul

and follow your heart

summer & georgie


Aussi loin que puissent remonter mes souvenirs d’antan, je ne pense pas avoir déjà eu des liens assez forts avec mes anciens professeurs. Naturellement, le cours des choses veut et désire que les élèves n’aient que des liens, que des relations strictement professionnelles avec leurs enseignants et beaucoup, de nombreuses personnes ne dérogent nullement à la règle ancestrale… Puis, il y a la catégorie où le fantasme du professeur commence à se créer, à naître et à montrer le bout de son nez chez les adolescents, sexes confondus. Un fantasme qui survient que bien souvent et cela peut se comprendre. Lorsque tu côtoies une personne un certain nombre d’heures par jour, par semaine et que tu n’arrives à voir qu’elle… il arrive à un certain moment, si cette personne finit par te plaire pour quelconques raisons que ce soit, il finit par avoir des sentiments qui lui paraissent étranges et incompréhensibles… En tout cas, avec mes professeurs, il n’y a dû en avoir qu’une seule avec qui j’ai tissé une belle relation amicale pour arriver au moins où j’ai encore des contacts avec cette dernière. Une fois que l’entente passe et que vous passez de bons moments avec, il est inutile de trouver des prétextes pour ne plus revoir cette personne, ce serait ridicule et absurde. De mon point de vue, je suis à des millénaires à devenir ce qu’il adviendra entre Georgie et moi-même… Nous nous entendons bien… assez bien même… En une année, j’ai appris énormément de choses à ses côtés qu’avec un autre membre du corps professoral. Georgia a cette particularité à vouloir, juste, l’apprécier, l’aimer et à apprécier énormément sa manière, sa méthode qu’elle a d’enseigner. Il n’y en a pas beaucoup qui utilise ses moyens d’enseignement pour ses élèves et c’est sans doute cela qui la rend si unique et si spéciale en même temps. Je ne veux pas la mettre sur un piédestal… je ne veux pas la considérer comme une merveille divine et unique dans ce monde, mais, je ne peux pas faire autrement. Elle ne cesse de dégager une onde, une aura qui m’attire à elle et… ça me perturbe… si elle savait seulement jusqu’à quel point…

M’en vouloir. C’est le terme que j’utiliserais pour qualifier mon impression en cet instant. Si gracieuse, si fluide, telle une colombe… Elle était belle. Merveilleuse, en tout point. Mes yeux prenaient un réel plaisir à l’observer, à l’analyser, à la scruter à travers cette porte, mais surtout à travers ce grand miroir mural qui apportait une autre perspective à la vision actuelle. Il faut absolument que je me ressaisisse car je ne peux pas continuer à la regarder ainsi ! Imaginez un peu que je ne reprends pas une certaine contenance ? Il arrivera seulement un effet des plus désagréables et qui n’a strictement rien de touchant : un filet de bave qui coulerait le long de la bouche sans que tu ne puisses rien y faire. Cela ne m’est jamais arrivé au cours de mon existence et je ne veux pas que cela arrive face à elle. La honte que je risquerais de me prendre… Et je veux qu’elle garde une très bonne image de ma personne. Je n’ai pas pour habitude de me comporter de telle sorte où je pourrais me confondre à une élève modèle, celle envers qui on a rien à lui reprocher et qui suscite la jalousie des autres ou encore de la colère parce qu’elle prend l’attention de tout le monde. C’est une situation que je ne désire absolument pas connaître. Loin de là !

Elle apprécie ! Elle apprécie beaucoup, même ! Ce sont ses mots et je ne les invente absolument pas ! Bon… C’est juste la qualité qu’elle apprécie, mais ça veut quand même signifier beaucoup, non ? Ou je me fais juste des films… ? Cela doit être ça en fait… Je détourne légèrement les yeux en étirant un sourire sur le coin de mes lèvres. « Et, au moins, j’ai la certitude que personne n’osera prendre ma place fétiche puisque j’y serais. » Plaisantais-je en haussant les épaules. Autant extirper cette réponse de mes lèvres que de dire que j’aimais autant arriver à l’heure pour être ponctuelle que d’arriver trente minutes en avance pour être en tête à tête avec la professeur. La première explication est plus logique et passe crème. Georgie attrape délicatement et soigneusement l’ensemble de ses cheveux pour les attacher en une haute queue de cheval, et ce simple geste, j’ai la sensation qu’il se déroule dans un ralenti inattendu. Les manifestations de l’esprit resteront toujours un mystère pour moi… Je dois cligner plusieurs fois des yeux alors que je réajuste simplement ma propre queue de cheval, caressant ensuite, un instant, une de mes mèches de cheveux qui se trouvent à l’avant de mon visage. « Oh… Eh bien, mon petit doigt me dit que tu n’auras pas trop de difficultés à la conclure le plus parfaitement possible… » Mon visage se relève et mes yeux croisent alors son regard. « Tu as un don… Et tu le transpires et nous le montres aisément au sein de tes cours… C’est peut-être pour cela que j’éprouve autant de plaisir à venir ici… » A défaut que la cause en soit envers le professeur en lui-même… Quand je pense que notre proximité risque de tomber à l’eau d’un instant à l’autre par l’arrivée des autres élèves… Ca me fout les nerfs, ça… intérieurement… Oui, je veux juste être rien qu’à elle… Ridicule. Faut te ressaisir, Summer ! « Moi ? Flatteuse… ??! » Je mime une expression d’une personne qui vient d’être faussement offusquée, le tout avec la main posée contre le haut du buste… quelle comédienne ! « Je dis simplement la vérité et je ne veux pas être dispensée de ton exercice… J’ai même hâte d’y être, pour tout te dire… » J’ai eu beaucoup de mal à tomber sur une musique qui me plairait autant par sa mélodie que par le contenu de ses paroles… J’espère simplement que le choix porté lui plaira… Je ne fais que sourire à son remerciement… « Et Oncle Walt sera l’unique coupable de ton rayonnement, penses-tu… ? » Des mots que je ne prononce qu’entre mes dents, certainement à peine audible pour qu’elle l’entende… Je laisse un léger soupir de dégager de mes lèvres et je finis par m’installer sur l’un des bancs présents dans la salle, le regard toujours posé sur Georgie… sur cette somptueuse créature qui me fait tant chavirer… « Je serais ravie que tu me le fasses partager…  » Mes yeux se détournent de son visage angélique pour qu’ils puissent se reposer un instant sur mon sac. « J’espère être assez prête, oui… Et j’espère surtout que ça puisse te plaire… et aux autres aussi… » D’ailleurs, je n’ose même pas poser l’œil sur l’horloge, car, malgré tout, le temps défile, et je ne serais pas surprise que plusieurs élèves soient sur le chemin pour intégrer le cours…

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dance with your soul and follow your heart (Summer <3)   Dance with your soul and follow your heart (Summer <3) EmptyMer 4 Oct - 20:58


Dance with your soul

and follow your heart

summer & georgie


Je suis heureuse d'avoir la danse. La danse comme véritable sens à mon existence. La danse comme guide au travers de toutes ces années traversées, et toutes celles me restant encore à vivre. Mais, et surtout, je suis heureuse d'avoir la danse pour évacuer mes doutes, mes troubles, mes interrogations et tout le stress que je pouvais parfois accumuler au fond de moi. Oui, plus qu'une passion et une raison de vivre, la danse était avant tout pour moi un véritable exutoire. Et je dois reconnaître qu'exercer mon art, le mettre en pratique et me perdre dans la réalisation de nouvelles chorégraphies m'aidait grandement à soulager mon esprit une fois que je me mettais à penser à Summer. Car oui, il m'arrivait plus d'une fois de penser à elle en dehors des cours, en dehors du parc. En dehors de la vie au sein de Disney. Je me surprenais le matin à prendre ma douche tout en laissant mes idées se perdre à l'attention de ma belle étudiante. Est-ce qu'elle dormait encore ? Comment sera-t-elle aujourd'hui ? Le regret de ne pas l'avoir un tel jour dans mon cours et, donc, de ne pas la voir ? Tout comme de sempiternelles questions durant la journée. Que pouvait-elle faire ? Était-elle en train de danser ? Sortait-elle avec ses amis ? Fréquentait-elle quelqu'un tout en prenant soin de partager autant de bon temps que possible ? Et, pour terminer, il y avait le moment de se coucher, tard le soir. Même si je ne le voulais pas, je l'imaginais de nouveau se mettre à danser, à mouvoir son corps. Je revoyais ses yeux, son sourire, son visage, son corps... Ma lèvre se mordillait à chaque manifestation d'une boule de chaleur dans mon ventre. Je finissais par chasser de telles pensées de mon esprit en me disant que je devais délirer, que mon élève était d'avantage comme une très proche amie, ou une seconde famille qu'on a envie de retrouver. Je préférais me convaincre que c'était ridicule, que ça n'avait pas de sens, ni aucun lieu d'être. Et ainsi m'endormis-je pour reprendre une nouvelle journée, remplie tant que possible de danse pour que je pense le plus majoritairement à la danse, et non à mon élève... Non à Summer... Mais par moment, je dois bien admettre que je m'interroge quant à l'efficacité de la raison dans ce genre de cas...

M'enfin ! Proche de mon élève, tout sourire et faisant comme si de rien n'était, je profitais de la simplicité de cet échange dans le temps qui nous était accordé et imparti. Je ne sais pas si cela était volontaire de sa part mais, oui, j'appréciais beaucoup le fait qu'elle soit la première à franchir ma salle de cours. Je ne lui en voulais pas de m'avoir interrompue car, derrière ma logique et mes raisons, j'aimais beaucoup nos quelques petits échanges matinaux, rien que toutes les deux, chacune dans nos simples tenues de 'travail'. D'ailleurs, en parlant de tenue, c'est la tête légèrement penchée et cachée par mes bras, pendant que je réajustais ma queue de cheval, que mes yeux ne purent s'empêcher de glisser et d'accompagner le chemin soyeux et raffiné des courbes qui se laissaient indirectement devinée. Summer était une belle femme, et cela n'arrangeait en rien mon trouble initial. Car, non, ce n'est pas avant tout une question de beauté. Je n'ai jamais ressenti d'intérêt, ni même d'attirance pour le corps des autres femmes. Toutefois, avec elle, c'était une fois de plus étrange et particulier. Elle était une belle femme, objectivement parlant. Mais une belle femme avec un petit quelque chose de plus qui ne saurait jamais me laisser entièrement de marbre ! Si je m'étais contentée de rire à son premier commentaire au sujet de sa place, ce sont néanmoins des mots qui accompagnèrent le restant de ses propos. « Tu en es certaine ? Attention car, dés qu'elle est prête, je risque de la rajouter à toutes les chorés que vous devez apprendre ! » Plaisantais-je, devinant parfaitement que cela n'effrayerait aucunement ma belle Summer. « Dans ce cas, fais-moi confiance... Pour continuer à communiquer autant de passion et de plaisir... Histoire que tu continues d'avoir toujours autant de plaisir à venir ici... ! » Simplicité, franchise et sincérité, comme dit précédemment, j'avais le bien être de mes élèves très à coeur. Et je pense que celui qui voudrait changer cet aspect de ma personne se lancerait dans une cause perdue d'avance ! « Flatteuse et bourreau de travail... Tu as plus de points communs avec ta professeur que tu ne pourrais le croire ! » Continuais-je sur le ton du sourire et de l'amusement. « Puis, pour tout te dire, je suis très curieuse de découvrir quel morceau tu as choisi ! » Eh oui, cela faisait partie des petits plaisirs des enseignants une fois qu'il donnait un travail créatif à tous leurs élèves. « Hum... Je sais pas... C'est à voir... » Haussais-je les épaules, rougissant légèrement et un peu plus hésitante pour le coup. Je ne sais pas si, de ce qu'elle me demandait, je devais en déterminer un quelconque sous-entendu, ou une certaine forme d'approche. Mais arrête de te monter la tête plus que de raison Georgie, tu vas finir avec une commotion cérébrale dans les prochains minutes si tu continues de laisser ton cerveau faire trois mille tours sur lui-même à la minute !

D'un sourire, je l'observai s'asseoir et opinai lentement et délicatement du chef, comme pour la remercier de son ravissement concernant le morceau mentionné. Mais, surtout, je vins croiser les bras juste sous ma poitrine, plissant légèrement les sourcils tout en l'écoutant avec attention. Douterait-elle ? Serait-elle nerveuse ? Oui ou non, elle avait une apparence toujours aussi mignonne et adorable. « Ne t'en fait pas, Summer... » Lançais-je après quelques secondes de silence. Spontanément, je m'étais avancée vers elle, décroisant les bras au préalable, et vins m'agenouiller face à elle, tout en posant mes mains sur ses genoux. Là, ma seule idée, ma seule pensée était de la rassurer. « Tu es une des plus douée et une des seules pour lesquelles je n'ai vraiment aucune inquiétude. » Lui souris-je de façon aussi tendre que charmante. « Et je suis d'ores et déjà persuadée que tu as travaillé ça avec le coeur... Avec ton âme... » Pointais-je respectivement mon index juste au dessus de son sein, visant surtout le côté du coeur, et plaçant la seconde d'après le plat de ma main sur son buste, afin d'illustrer son âme. « N'oublie jamais que c'est ça le plus important... Et que rien d'autre ne compte, d'accord... ? »

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dance with your soul and follow your heart (Summer <3)   Dance with your soul and follow your heart (Summer <3) EmptyVen 6 Oct - 17:39


Dance with your soul

and follow your heart

summer & georgie


Quelques secondes. Juste quelques secondes pour laisser mes yeux voyager sur les traits doux et soyeux qui forment ce visage magnifique et si angélique. Juste quelques secondes pour pouvoir m’évader dans un autre monde, dans un autre univers et me transporter vers ce nuage où je ne pourrais que me sentir bien et me sentir juste moi-même. Moi-même, car je ne joue à aucun jeu avec elle. Je suis Summer Winsburry, la totale folle dingue de Disney, la totale nana qui perd la boule face à son fantasme, face à cette femme, à cette demoiselle qui lui fait perdre la tête… et dont elle n’osera jamais avouer ses sentiments parce qu’elle est convaincue que ce n’est pas réciproque et qu’elle n’a strictement pas envie de se prendre un quelconque râteau… Evidemment, quand vous êtes étudiante et travailleuse au sein d’une institution aussi gigantesque qu’est Disneyland, vous êtes prise par des élans de confiance, par des excès de positive attitude… que vous êtes simplement persuadée que tout est possible et qu’il n’y a que le bonheur qui peut rencontrer votre route. Puis, une fine part de la réalité essaie tant bien que mal de se frayer un chemin dans votre cœur, dans votre esprit, pour tenter de vous remettre sur le droit de chemin, de vous ramener à la raison… Si seulement j’avais une dose supplémentaire de positive attitude… ou alors elle tarde simplement à venir et qu’elle pointera, dans un futur proche, le bout de son nez, qui c’est ? En tout cas, je ne peux qu’étirer et conserver un sourire face à sa réplique qui ne peut que m’enchanter. « Tu sais… Je pense qu’il va falloir que tu revois un peu tes éventuelles menaces avec moi… car je serais toujours ravie, je serais toujours excitée de recevoir tes enseignements pour les futurs apprentissages des nouvelles chorégraphies… » C’est vrai. Elle a un don inné de vous faire aimer tout ce qu’elle entreprend dans ses cours. Comment ne pas tomber raide dingue d’elle… ? C’est impossible… Je ne peux pas le nier… Je ne peux le nier à mon cœur, mais je peux en faire taire l’apparence à mon professeur. Puis, voilà qu’elle se met à parler de plaisir ! Le plaisir… LE plaisir ! Non mais, se rend-elle compte des mots, DU mot qu’elle vient d’employer ? Je sais pertinemment que cela n’a strictement rien à avoir avec le corps et de tout ce qui peut en découler, mais, il n’empêche que je ne parviens pas à penser à autre chose qu’à ça ! Oui, j’éprouve du plaisir quand je pense à elle… Oui j’éprouve du plaisir quand sa voix berce mes oreilles… Et oui, oui, il m’est déjà arrivé d’éprouver du plaisir quand je suis plongée sous la couette et que mes pensées sont tournées vers elle. Bah je n’y peux rien. Ce n’est pas de ma faute. C’est juste plus fort que moi ! Mais ça, je vais essayer de garder ces éventuelles confidences pour moi… Aucune envie d’apporter un quelconque malaise entre nous… Oh non, je ne le voudrais pas… « J’éprouverais toujours du plaisir en venant ici… surtout si tu demeures mon éternel professeur… » Non, je refuse ! Je ne l’ai pas dit. Mais ces mots, je les prononce en baissant un peu le regard et en prenant une moue légèrement mignonne et timide à la fois. C’est comme si je venais de lui faire une importante déclaration à mes yeux et… c’est juste… compliqué… « Ah oui… ? Et… hum… tu penses que je pourrais en découvrir davantage de ma professeur si nous venions à manger un bout à l’extérieur de l’école par exemple… ? » J’ai mis un petit temps à prononcer ces mots. Mon cœur se serrait tant tel qu’il a la crainte de recevoir une mauvaise réponse, mais j’ai l’habitude de me lancer et de ne pas laisser d’obstacles franchir ma route, donc… advienne que pourra, n’est-ce pas ? Je me mords légèrement et faiblement le bas de ma lèvre inférieure, finissant, quand même, par relever le regard vers elle et par lui sourire. « Dois-je en conclure que je risque de passer la première sur le devant de la scène… ? » Cela n’apparaît pas ainsi, mais j’ai une montée de chaleur, une bouffée de stress qui me monte tout d’un coup… En plus, cela n’a pas de raison d’être puisque le contenu de la chanson n’a pas vraiment de corrélation avec Georgie… Du moins, je le pense en tout cas…

J’ai un peu de mal à réaliser que Georgie soit installée, assise juste à mes côtés, juste à côté de moi, à proximité de mon corps. Je dois certainement me mettre un coup de pression pour rien… Je ne sais pas… Je suis un peu… tendue… et j’ignore si la raison concernant le cours, le devoir, la prestation ou juste Georgie en elle-même… En tout cas, j’apprécie beaucoup l’attention qu’elle apporte à mon égard. Et comme une idiote, elle est juste placée en face de moi… Et dire que j’avais l’impression qu’elle était juste à mes côtés… Bon sang, Summer, il te faut te ressaisir, c’est impératif. Des frissons s’emparent directement de ma peau, de mes entrailles quand ses mains se reposent contre mes genoux. Mes yeux se relèvent et se posent sur son visage. Elle est si belle… si majestueuse… Les mots qu’elle prononce me touchent beaucoup. Au fur et à mesure que les mots s’échappent de ses lèvres, je laisse simplement une main se glisser sur l’une des siennes tout en hochant de temps à autre de la tête de manière positive. « Je te remercie… d’être là… d’être toujours là… Tu es une personne en or, tu sais… » Que rien d’autre ne compte… Tu as faux, Georgie… Tu es la seule qui compte… Les frissons ont eu du mal à s’évaporer face au contact physique qu’elle a employé à mon encontre… et je peux remercier… ou détester le coup de sonnerie qui retentit bruyamment au sein de la salle. Je m’éclaircis la gorge et prend une profonde inspiration. « Eh bien… Il est temps de bosser… Allons-y. » Et les premiers élèves finissent par faire leur entrée au sein de la salle…

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dance with your soul and follow your heart (Summer <3)   Dance with your soul and follow your heart (Summer <3) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Dance with your soul and follow your heart (Summer <3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disney's Academy :: Et ils vécurent heureux, pour toujours :: Les archives :: Les rps-
Sauter vers: