Voir les messages sans réponses
I still hear your voice (Ft. Lochan)
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 I still hear your voice (Ft. Lochan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: I still hear your voice (Ft. Lochan)   Sam 14 Oct - 0:11

Lochan & Romy
I still hear your voice


Arrivée à l'université, j'hésite quelques minutes avant de rebrousser chemin et de m'enfermer dans les toilettes des filles. Je ne me sens pas capable d'aller à cette première heure de cours, d'être dans la même pièce que lui et tout simplement de le regarder dans les yeux. Alors tant pis si ça doit mettre mon année scolaire en péril, si je dois me faire remonter les bretelles par papa. Ce comportement ne me ressemble pas, pas du tout, mais pour une fois, je dois écouter mon cœur plutôt que ma raison. Même si celle-ci me hurle de retourner en classe immédiatement avant que les choses se gâtent pour moi, je ne bouge pas. Je reste enfermée, même après le début des cours et ce n'est que dix minutes plus tard que j'ose sortir. Je me passe un peu d'eau sur le visage et discrètement, je passe la tête par la porte. Les couloirs sont vides et je soupir de soulagement. Je quitte les toilettes pour me diriger vers un distributeur de boisson chaude où je prends un chocolat. Je regarde autour de moi et hausse les épaules. Quitte à sécher, autant le faire dans les règles de l'art. Je pousse les grandes portes extérieure et part m’asseoir sous un grand arbre. Les journées se sont rafraîchies, mais il fait encore bon. Je dépose mon sac à côté de moi et en sort un petit carnet et un crayon de bois.

Pendant presque une heure, je griffonne plusieurs croquis et j'avoue être plutôt contente de moi. Ce n'est pas encore parfait, mais ma technique s'améliore de jour en jour. J'ignore encore ce que je souhaite faire une fois mes études terminées. Il est vrai que j'adorerais travailler pour Disney, mais parfois, je me demande si la photographie n'est pas ma véritable vocation. Le dessin, l'écriture, tout ça se sont des passions que j'ai depuis gamine, mais justement. Ne devrais-je pas garder mes passions comme simple passe-temps ? Je bois une dernière gorgée de mon chocolat devenu froid et laisse mes pensées s'enfuir en même temps qu'une bourrasque de vent. Un rapide coup d’œil à ma montrer m'indique qu'il est temps pour moi de reprendre mon rôle d'élève. Je range mes effets dans ma besace avant de me relever. Le prochain cours commence dans cinq minutes et je peux voir les étudiants s'avérer dans les couloirs à travers les fenêtres. Je jette mon gobelet en plastique dans une poubelle et me dirige avec hâte et tête basse vers le hall. Seulement, au moment de rentrer dans l'enceinte de l'établissement, une voix m'appelle. Je me tourne et me fige de stupeur. Lochan marche dans a direction et il a l'air bien décidé à me parler.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I still hear your voice (Ft. Lochan)   Sam 25 Nov - 22:49

I still hear your voice ✩
LOCHY N°2


Lorsque je me gare devant l'Académie, j'ai encore la tête dans un étau. La seule raison pour laquelle je n'ai pas pris congé, c'est parce que je sais que je vais devoir présenter des excuses à Romy. Avant de sortir de ma voiture, j'avale un cachet pour calmer la douleur et me dis que ce soir, je ne sortirai pas. Pas seulement pour éviter d'avoir à nouveau la gueule de bois, mais aussi pour Anya. Il est plus que temps que je me consacre à ma fille et non à la bouteille. En entrant dans le bâtiment, j'essaye encore de me convaincre que Romy est totalement étrangère à cette décision. Pourquoi en aurais-je quoi que ce soit à faire de ce qu'elle pense de moi ?

Malheureusement pour moi, elle ne vient pas en classe et je passe tout le cours à faire les cent pas. J'ai donné des exercices aux élèves, je ne suis pas d'humeur à faire la causette avec des clows. Bien malgré moi, je n'arrête pas de repenser au regard de Romy avant qu'elle ne quitte la maison cette nuit. Je l'ai véritablement blessée. Et si elle n'est même pas venue en cours aujourd'hui, c'est peut-être même qu'elle ne veut plus jamais entendre parler de moi. Ce qui semble être compliqué, étant donné que je suis son professeur. Mais si elle prend une telle décision, c'est Anya qui risque d'en souffrir le plus. Et je suis décidé à lui éviter ça.

La sonnerie retentit enfin et je décide de prendre le reste de ma journée. Je referme ma mallette et sors de la classe sans même prononcer un mot. Je quitte l'établissement comme un fantôme, le pas lourd. Je m'apprête à monter dans ma voiture et à vider ma petite flasque cachée dans ma boîte à gants lorsque j'ai le pressentiment de devoir me retourner. Ce que je ne manque pas de faire.  Et cette chevelure rousse que je vois au loin, ne peut appartenir qu'à une seule personne. Je fonce vers elle le plus vite possible, en essayant de la suivre des yeux. «Romy?» J'ai la voix tellement enrouée que mon appel ressemble plus à un murmure. Et ce n'est pas plus mal.. Car Romy est mon élève et je dois me comporter  avec elle comme je me comporte avec les autres. Du moins, autant que possible. Je tousse légèrement et retente ma chance avant qu'elle ne s'éloigne davantage. «Mlle Geller?» Elle se retourne et lorsqu'elle m'aperçoit, je la vois se figer. Elle décide cependant de poursuivre son chemin et d'entrer dans l'établissement, m'obligeant -presque- à accélérer le pas pour la rattraper. Quoi de plus logique après mon comportement de la vielle ? Je tente donc de ne pas la perdre dans l'infinité de couloirs qu'il y a dans cette maudite académie et je me remémore le discours d'excuse que j'ai passé la nuit à répéter.  J'ai peu dormi, et j'imagine qu'il en est de même pour Romy. À ce stade, elle doit penser que je suis le digne descendant de Lucifer. Et elle n'a peut-être pas tort après tout. J'arrive enfin à quelques centimètres de Romy et pour être sûre qu'elle ne m'échappe plus, je pose la main sur son épaule. Quelques élèves nous regardent avec interrogation et je m'empresse de mettre fin à ce contact physique. «Il faut qu'on parle.» Bon d'accord, ce n'est pas exactement ce que j'avais prévu de dire. À la base, la première chose que j'aurais dû dire était Pardon. Tout simplement. Mais ces mots sont difficiles à sortir de ma bouche. Et ils ne sortent pas. Je la regarde et je me sens soudain très mal à l'aise.. «Tu as raté le cours.» Ça non plus, je n'étais pas censé le dire. Ou alors, pas sur ce ton sévère. Je ne veux pas qu'elle se renfrogne alors, je me reprends «Ce n'est pas ce que je voulais dire. Tu ne devrais pas éviter les cours à cause de moi. J'ai vraiment merdé hier, mais tu es une élève brillante et je ne veux pas que tu aies des problèmes.» Le petit mot pourtant si facile à prononcer ne sort toujours pas. Allez Lochan, un peu de courage.. «Je me rends compte que j'ai été ignoble avec toi et tu ne le méritais pas. L'alcool a visiblement un très mauvais effet sur moi. Je vais essayer de me calmer, promis.» Le souci, c'est que j'ai réellement envie de m'excuser. Mais je crois que Romy ne compte pas me rendre la tâche facile.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I still hear your voice (Ft. Lochan)   Sam 9 Déc - 19:06

Lochan & Romy
I still hear your voice


Je l'entends m'appeler à plusieurs reprises, mais il est hors de question que je lui adresse la parole. Je n'ai pas séché ses cours pour me retrouver en tête à tête avec lui maintenant. Je décide donc de l'ignorer et passe les portes de l'académie. La cloche vient de retentir pour la prochaine heure et je me retrouve face à un flot d'étudiants. Je profite de tous ces mouvements pour me frayer un passage en direction de ma salle, mais une main se pose sur mon épaule, m'obligeant à me stopper. Je me retourne lentement, ignorant les regards insistants de quelques élèves et ose enfin faire face à Lochan. Il met fin à ce contact physique et je croise les bras sur ma poitrine. J'essaie de ne laisser aucune émotion transparaître sur mon visage, mais c'est plus difficile que ce que j'imaginais. Je suis partagée entre une multitude d'envies, notamment celle de tourner les talons et de fuir en courant. Mais je ne dis rien, le laissant prendre la parole. Il m'annonce, sans détour, qu'on doit parler et je me renfrogne. Il souhaite vraiment discuter de ce qui s'est passé la veille ? Là ? Maintenant ? Au milieu du couloir, avec un nombre incalculable de témoins et de petits curieux ? « Tu as raté le cours. » Alors celle-là, je ne m'y attendais pas. Je le dévisage, hausse les sourcils, perturbée par cette remarque. Une réponse cinglante s'échappe de mes lèvres, mais je la regrette aussitôt. « Très belle constatation Sherlock. » Je me mords la joue intérieure, consternée par ce que je viens de dire. Oui, je suis remontée, oui, je suis énervée et en colère, mais il n'en reste pas moins mon professeur et je lui dois le respect. Je ne peux pas me permettre ce type de réflexion sans risquer de m'attirer des ennuis. Quoi que. Avoir des ennuis, c'est bien le cadet de mes soucis, mais je n'aimerais pas en attirer à mon père, ça, je ne pourrais pas me le pardonner. Toutefois, je ne présente aucune excuse et je ne suis pas certaine qu'il en attende. Tant mieux, au moins, on est sur la même longueur d'onde. « Ce n'est pas ce que je voulais dire. Tu ne devrais pas éviter les cours à cause de moi. J'ai vraiment merdé hier, mais tu es une élève brillante et je ne veux pas que tu aies des problèmes. » Mais le problème, il est bien là. J'évite les cours à cause de lui, parce que je ne me sentais pas capable, aujourd'hui du moins, de me retrouver dans la même pièce. C'était bien au-dessus de mes forces. Ma nuit a été tourmentée par de rêves sans fin où je revivais la scène. Lui, l'odeur de l'alcool, ses lèvres sur les miennes et un prénom. Ce prénom qui revient sans cesse. Je ne connais pas son passé et je ne sais pas si je mérite de le connaître, mais une chose est sûre, cette femme, elle est liée à lui pour toujours. J'ai espéré, vraiment, pendant un cours instant, que ce baiser représentait quelque chose pour lui, que je pouvais réellement lui plaire, mais qui suis-je ? Je ne suis qu'une étudiante, sans doute insignifiante à ses yeux. « Je me rends compte que j'ai été ignoble avec toi et tu ne le méritais pas. L'alcool a visiblement un très mauvais effet sur moi. Je vais essayer de me calmer, promis. » Les couloirs se sont vidés et plus aucune oreille indiscrète ne traîne dans les environs.  D'une voix douce, loin de toute l'animosité que je ressens, je lui réponds. « Avant de vous calmer pour moi, vous devriez le faire pour Anya. » Je ne veux pas lui donner des ordres, je ne veux pas non plus paraître hautaine et lui manquer de respect, mais il me semble que celle qui souffrira le plus de cette situation, c'est bien sa fille. Malgré tout, je compte bien lui faire admettre qu'il a eu tort de se comporter ainsi avec moi. J'hésite quelques secondes avant de lui sourire. Un demi-sourire, certes, mais il est présent quand même. Je ne peux pas lui en vouloir. D'après papa, il a ses propres démons et je serais mal placée pour le juger et encore plus pour juger ses actes. La vie n'épargne personne, je le sais plus que quiconque. Je peux lire dans son regard qu'il est mal à l'aise et qu'il n'exprime pas entièrement toutes ses pensées. Je décide de lui faciliter la tâche. Je crois que je lui dois bien ça, après tout, avouer qu'on s'est mal comporté à son élève doit demander beaucoup de courage. « Mais j'accepte vos excuses déguisés. Et je reste votre baby-sitter. Enfin, celle d'Anya, pas la vôtre… » Je me racle la gorge, tentant tant bien que mal de dissiper ma gêne et ce lapsus sans doute un peu trop révélateur.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I still hear your voice (Ft. Lochan)   Mar 26 Déc - 18:21

I still hear your voice ✩
LOCHY N°2


Romy n'apprécie pas vraiment ma remarque. Et je la comprends aisément.. Je n'ai aucun tact. Je viens à peine de prendre la décision de faire des efforts et déjà, je foire tout. Sa réponse ne se fait pas attendre et j'esquisse un sourire en  coin. Je ne la pensais pas capable d'avoir tant de répondant, mais visiblement, elle m'étonnera toujours. Malgré mon petit amusement, je voudrais qu'elle comprenne que je regrette beaucoup ce qui s'est passé. Alors, j'essaie de rattraper le coup. Elle reste silencieuse et je n'ai pas d'autres choix que de continuer à nager dans la semoule. Je suis excité à l'idée qu'elle va peut-être utiliser une seconde fois l'art du sarcasme, mais malheureusement, sa réponse est bien plus cinglante que ça. C'est la douche froide. Que croit-elle au juste ? Que je n'ai pas pensé à ma fille ? Que je ne sais pas le mal que ça pourrait lui faire ? Je veux faire des efforts pour Anya. Elle est très attachée à Romy et ça lui briserait le cœur de ne plus la voir. Elle a déjà perdu sa mère, et son père, l'imbécile, n'est plus que l'ombre de lui-même. La remarque de Romy est-elle une manière de me faire comprendre qu'elle se fiche de mes efforts, ou tout du moins, que ça ne la concerne pas ? Même si je sais qu'elle a raison, je me sens blessé dans ma fierté, et comme je suis un léger connard, je rends coup pour coup. «C'est exactement ce que je fais. Sinon, je ne prendrais pas la peine de vous convaincre de ma bonne volonté.» Et merde. Si je continue, je vais aggraver mon cas plutôt que de l'améliorer. «Pardon. Je ne suis pas doué pour ces trucs-là et je parle trop vite. Je ne voulais pas insinuer que votre avis ne comptait pas pour moi.» Et puis tant pis, même si je dois me mettre à genoux, je le ferais. Même si j'avoue ne pas en avoir particulièrement envie. Ce que je ressens lorsqu'elle est là ou que j'entends sa voix, ça me fait du bien. Enfin, presque. Il y a une partie de moi qui voudrait que je sois heureux, et une partie de moi qui ne cesse de me balancer des injures pour oser y penser. Je regrette tellement ma vie d'avant, celle où les problèmes n'existaient pas et celle où Camille existait encore. Mais désormais, je dois composer avec la vie que j'ai. Et surtout, avec ma fille. Quelques petits curieux nous regardent du coin de l’œil, ce que je n'apprécie pas. La situation est assez gênante comme ça, sans ajouter des spectateurs à ma misérable tentative d'excuses. Je baisse le volume de ma voix et me rapproche un peu de Romy, espérant que personne n'entende ce que je m'apprête à lui dire. Je sens son parfum et chasse immédiatement toutes pensées illusoires de mon esprit. «Je regrette vraiment.» Je ne sais plus quoi dire d'autre. Si elle m'envoie promener, je rentre chez moi et je n'en ressors plus jamais. Heureusement pour moi, elle saisit le message car elle dit accepter mes excuses et rester la baby-sitter d'Anya. Je m'amuse intérieurement de sa gêne après sa petite précision. Et maintenant que les excuses ont l'air d'être acceptées, il est temps de m'amuser. «J'avais compris, ne vous inquiétez pas. À vrai dire, ce n'est pas d'une baby-sitter dont j'ai besoin pour moi..» J'espère qu'elle comprend le second degré par contre. Je ne voudrais pas avoir à lui dire ce dont j'ai besoin, puisque de toute évidence, je ne le sais pas. «Pour fêter notre réconciliation, accepteriez-vous de venir dîner à la maison ce soir ?» Ce n'était peut-être pas la chose la plus prudente à proposer, mais après tout, c'est uniquement pour que ma fille sache qu'il n'y a aucun problème entre Romy et moi. «Anya en serait très heureuse..» Blablablabla Lochan. Allez, lances-toi.. «Et moi aussi. Vraiment.» Quelle que soit sa réponse, je suis aux anges d'avoir pu la convaincre de rester dans la vie d'Anya. Et si en restant dans la vie de ma fille, elle reste dans la mienne, où est le mal ?


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I still hear your voice (Ft. Lochan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
I still hear your voice (Ft. Lochan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disney's Academy :: Et ils vécurent heureux, pour toujours :: Les archives :: Les rps-
Sauter vers: