Voir les messages sans réponses
No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Anaheim Citizen
Evolution chez Disney :
0 / 120 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Sao Paulo au Brésil, le 26/09/1983. J'ai donc actuellement 34 ans et je suis Brésilien!

Et dans la vie je suis : Directeur d'une chaîne d'hôtels.

Mon statut marital : Célibataire

Mon adresse postale : Je vis dans une villa située en bordure d'Anaheim.



Mes petits + : Δ A failli subir un viol à l'âge de 11 ans Δ Souffre douleur de ses camarades au collège, il a eu la chance de rencontrer Thiago qui l'a pris sous son aile et qui a fait de lui l'homme qu'il est devenu aujourd'hui Δ Il a marché sur les traces de son père et gère aujourd'hui l'entreprise familiale à ses côtés Δ Vient de s'installer à Anaheim dans l'espoir de retrouver December qui a mis fin à leur relation il y a tout juste deux ans.

Mon réseau social : ★★★★ Joe Geller: mon confident

★★★ Oprah Von Auer : souhaite tout mettre en oeuvre pour que tu retournes auprès de Matthew.

★★☆☆ December Patterson : mon ex
Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t762-adrian-caldeira-my-disney-face#8734 http://disneyacademy.forumactif.com/t761-adrian-s-phone#8733 http://disneyacademy.forumactif.com/t760-adrian-caldeira-ft-orlando-bloom http://disneyacademy.forumactif.com/t742-no-one-can-make-you-feel-inferior-without-your-consent-adrian-caldeira
MessageSujet: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Lun 27 Nov - 5:57

Adrian Caldeira
Identité ID

Nom
Caldeira
PRÉNOMS
Adrian
Né(e) le
26/09/1983
Né(e) à
Sao Paulo au Brésil
Âge
34 ans
Nationalité
Brésilien
Statut
Célibataire
Sexualité
Hétéro
Activité
Directeur d'une chaîne d'hôtels
Avatar
Orlando Bloom
Scénario ou non
Mon personnage est un scénario
Once upon a time...
 Je suis né le 26 septembre 1983 dans l'un des quartiers les plus riches de São Paulo. Comme vous pouvez le deviner, j'ai donc eu la chance de grandir au sein d'une famille aisée dans la mesure où mes parents roulaient sur l'or. Ma mère était la directrice d'une agence de mode depuis environ une dizaine d'années et dire que son établissement tournait à plein régime était un euphémisme. Quant à mon père, il n'avait même pas eu besoin de se creuser la tête pour trouver un travail puisque dès son plus jeune âge, il avait compris qu'il aurait la lourde tâche de veiller à la bonne tenue de l'entreprise familiale. En occupant deux postes aussi prestigieux, mes parents ont tout de suite réalisé que leur existence tournerait essentiellement autour de leur travail mais je vous mentirais si je vous confiais qu'ils en ont profité pour fuir leurs responsabilités, du moins dans un premier temps. La réalité, c'est qu'ils ont fait des pieds et des mains afin de se montrer digne de confiance tant et si bien qu'ils n'avaient jamais l'opportunité de prendre soin d'eux-mêmes. Ainsi donc, dès mes premiers balbutiements, ma voie semblait toute tracée : la richesse de mes parents devait m'assurer un avenir radieux loin des difficultés et de la souffrance que l'on doit souvent éprouver pour atteindre les buts qu'on s'est fixé dans la vie. D’ailleurs, je suis rapidement choyé comme un prince, élevé dans le luxe le plus raffiné où l'abondance des biens est telle que cela en devient presque indécent. Il faut dire que mes parents ont longtemps attendu cet heureux événement et me voient donc comme le petit rayon de soleil qui illumine leur quotidien. Je suis encore loin de me douter que ce qui s’apparente à un conte de fée va rapidement se transformer en cauchemar…

Les années passent et alors que je prononce mes premiers mots, je vois également le monde extérieur sous un nouvel angle. Bien qu'étant incapable de décrire précisément ce qui se déroule devant mes yeux, je comprends que la fortune sa paye au prix fort. Mes parents occupants tous deux des postes importants, je compte souvent les heures passer en leur compagnie : elle se font de plus en plus rares tant et si bien que leur manque d'affection à mon égard devient un vide qu'aucun cadeau ne peut remplacer. Ayant la sensation d'être relégué au second plan, j'effectue mes premiers pas à l'école sans avoir le moindre repère : comme souvent, ma mère et mon père sont trop occupés pour me rassurer et m'indiquer la bonne marche à suivre. Sans doute lassé par les présents que je reçois à la pelle, je laisse de côté mes jouets pour me concentrer sur mes devoirs. Les résultats ne se font pas attendre et à ma grande surprise, je me rends compte que cela provoque un impact positif sur mes parents qui m'encouragent à redoubler d'efforts. Galvanisé par cet essai qui s'avère concluant sur toute la ligne, je cravache pour rester au sommet de la hiérarchie : je ne cherche pas à être meilleur que les autres mais simplement à ne pas retomber dans cette indifférence qui m'a poursuivi durant toute mon enfance. Les mois s'enchaînent, les saisons se suivent inexorablement et pourtant le même rituel semble se prolonger éternellement. Pourtant, si je m'en tire avec les honneurs dans la plupart des matières, j'éprouve des difficultés récurrentes en mathématiques tant et si bien que mes parents décident de me payer des cours particuliers afin que je rattrape mon retard. Ils n'en sont pas conscients mais sans le vouloir, ils viennent de m'envoyer tout droit dans la gueule du loup...  

Le drame se produit au mois d'avril alors que l'année scolaire rentre dans sa dernière ligne droite : à cette époque, je n'ai alors que 11 ans. J'ai beau être plutôt mature pour mon âge, je vois encore le monde avec mes yeux d’enfant : je baigne dans l'insouciance n'étant pas véritablement conscient de toutes les tragédies qui se jouent autour de moi. Cela fait déjà plusieurs semaines que je travaille en compagnie d'un homme afin de gommer mes carences en mathématiques. Jusqu'à présent, je l'ai toujours trouvé sympathique d'autant plus qu'il ne m'engueule jamais lorsque je commets des erreurs. Il m'apporte de nombreux conseils et semble m'accorder beaucoup d'attention ce que mes parents sont incapables de faire : naïf, je pense simplement que c'est un homme gentil et dévoué alors que la réalité est infiniment plus sordide. Un soir, nous sommes seuls dans la maison : la bonne est en retard et elle ne semble pas décidée à pointer le bout de son nez. L'occasion est trop belle et le professeur décide alors de dévoiler son vrai visage. Plongé dans un exercice, je sens soudainement des mains se poser sur mes épaules : l'homme est derrière moi mais je ne me doute pas encore du danger qui me guette. Concentré sur mon devoir, je commence à éprouver un certain malaise lorsque l'individu passe ses bras autour de mon torse. Des frissons me parcourent la peau tandis que mon professeur vient déposer un bisou sur ma joue. Inquiet, je tente de me dégager de son étreinte mais le pervers refuse de me lâcher. Me sentant désormais en danger, je mords sa main parvenant ainsi à m'échapper. Mon but est alors de rejoindre ma chambre pour m'y enfermer à double tour mais malgré tous mes efforts, mon agresseur me rattrape avant que je n'atteigne l'objectif que je m'étais fixé. Je lui impose alors une résistance farouche mais le rapport de force est évidemment inégal. Me sachant pris au piège, je tente alors un dernier coup de poker en criant à l'aide mais l'homme me donne une violente claque histoire de me faire taire. Je suis apeuré, terrorisé ayant alors l'impression que je n'ai plus aucun moyen de m'en sortir. L'homme me déshabille et je me retrouve bientôt presque nu : je ferme alors les yeux en priant simplement pour que ce cauchemar se termine rapidement. Mon cœur bat la chamade tandis que je sens les mains de l'individu parcourir chaque parcelle de ma peau : je suis pétrifié n'essayant même plus de me débattre. J'aimerais juste que tout soit terminé...

Mon calvaire se prolonge encore quelques minutes puis je suis finalement sauvé par le gong. La bonne débarque brusquement à la maison et lorsqu'elle aperçoit le terrible spectacle qui se déroule devant ses yeux, elle s'empresse d'intervenir. Devant la détermination affichée par la jeune femme, l'homme ne demande pas son reste prenant immédiatement la fuite. Tout danger étant désormais écarté, la bonne vole à mon secours. Elle me questionne pour savoir dans quel état je suis mais de mon côté, je garde le silence n'esquissant pas le moindre geste : je suis secoué et encore, le mot est faible.

Dans les jours qui suivent, mes parents s'empressent de me faire passer quelques examens : il aura finalement fallu qu'un tel drame se produise pour qu'il daigne m'accorder un peu d'intérêt. Heureusement, les résultats ne révèlent aucune anomalie mais le plus dur n'est pas encore passé : je dois désormais reprendre le dessus psychologiquement et cela s'annonce plus que coriace. Par la suite, je suis donc suivi par un psychiatre mais dans un premier temps, l'expérience ne donne pas le résultat escompté. Pourtant, l'homme ne se décourage pas étant persuadé qu'il peut m'aider à remonter la pente. Peu à peu, sa détermination se révèle payante et je me surprends à lui livrer des confidences que j'avais enfermé à double tour au fond de mon cœur. Je suis alors soulagé de m'être libéré de cet énorme poids. La blessure est encore profonde mais je sais désormais que j'ai effectué un premier pas vers la guérison d’autant plus que j'ai enfin la sensation que mes parents se soucient de mon bien-être et c'est le cadeau le plus magnifique que le ciel pouvait m'accorder...

Désormais adolescent, j'ouvre un nouveau chapitre de mon existence et celui-ci ne va pas démarrer sous les meilleurs auspices. Lorsque j'effectue mes premiers pas dans mon nouvel établissement, je me démarque de mes collègues qui me trouvent beaucoup trop sérieux : ils me collent aussitôt l'étiquette du coincé de service. J'aurais pu m'en offusquer mais toutes ces considérations me laissent de marbre : dans mon fort intérieur, je crois dur comme fer que l'opinion de simples inconnus ne sera jamais en mesure de me porter préjudice. Suis-je trop confiant ? Toujours est-il que je vais vite déchanter...

J'ai beau ignorer les remarques désobligeantes que j'entends à longueur de journée, je ne suis pas totalement dépourvu de sensibilité. En voulant me persuader que ma force de caractère suffirait à elle seule à repousser les attaques dont j'étais victime, j'en ai oublié que j'avais changé de dimension : le temps des enfantillages n'est plus à l'ordre du jour. J'ai négligé beaucoup de paramètres et je ne tarde pas à comprendre que je suis en position de faiblesse. A l'école, j'étais peut-être déjà seul mais c'était un choix délibéré de ma part alors qu'au collège, je me suis mis à l'écart parce qu'on me l'a imposé : cette simple constatation fait toute la différence. Inquiet en voyant la tournure que prennent les événements, je cherche une porte de secours et j'ai alors dans l'idée de solliciter la bienveillance de ma mère. Cependant, après maintes réflexions, je réalise que cette solution n'est pas la bonne attitude à adopter : je ne suis plus un gamin et je n'ai aucune envie de reculer pour mieux sauter par la suite. Désireux de ne plus être le souffre-douleur de ma classe, j'emploie alors différentes stratégies pour sortir de cette impasse : seulement rien n'y fait. Au contraire, plus les semaines passent, plus les taquineries de mes camarades atteignent un degré de méchanceté qui dépasse l'entendement. A bout de souffle et ne me battant pas à armes égales, je cède prise en un laps de temps assez court me préparant déjà à vivre une année en enfer : je n'imagine pas un seul instant qu'un miracle va se produire.

Le printemps vient alors de débuter et la nature affiche ses plus belles couleurs. Comme souvent désormais, c’est sur la pointe des pieds que je me rends en cours tout en priant pour que mes camarades m’accordent un peu de répit. Malheureusement pour moi, ils ne semblent pas décider à me lâcher la grappe et j'ai à peine eu le temps de pénétrer dans la cour de l'établissement que déjà, je suis la cible principale de leurs moqueries. L'imbécilité étant contagieuse, je suis bientôt assailli de toutes parts mais je ne cherche pas à riposter : à quoi bon les exciter davantage ? Résigné à passer un mauvais quart d'heure, je suis le premier surpris à l'instant même où j'entends une voix s'élever au milieu de la foule. Je comprends tout de suite que cette personne s'oppose à ces énergumènes mais si je suis content qu'elle prenne ma défense, je suis déjà persuadé qu'elle va regretter son geste en une fraction de seconde. Pourtant, il n'en est rien et le jeune homme qui a subitement durci le ton semble carrément avoir envoûté la cour toute entière : un silence de plomb règne désormais autour de moi mais je ne parviens pas encore à distinguer mon sauveur car mes yeux sont embués de larmes. Quand je retrouve enfin mes esprits ainsi qu'un semblant de vue, je suis à deux doigts de frôler l'arrêt cardiaque. Ai-je brusquement perdu le sens des réalités ? J'ai beau le fixer du regard, je suis ébahi par ce que je vois : à mes côtés, se tient la coqueluche de ce collège. L'étudiant est une véritable armoire à glace et déjà que je ne suis pas très costaud à cette époque, j'ai l'air d'une pitoyable mauviette en me situant si près de lui. Le contraste est affligeant dans tous les sens du terme car tout nous oppose littéralement : populaire à l'extrême, le jeune homme a obtenu le respect de tous ses collègues alors qu'en ce qui me concerne, je suis devenue la risée de tout l'établissement. Thiago continue de passer un véritable savon à ses camarades tandis que de mon côté, je peine toujours à réaliser que le chouchou de ses dames est intervenu en ma faveur. Les minutes s’égrènent puis le jeune homme demande à tout le monde de se disperser sur-le-champ : il dégage une telle aura que chacun s'exécute alors sans broncher. Thiago reporte son attention sur moi tout en affichant un regard beaucoup plus apaisé mais je suis tellement impressionné par l'étudiant que je ne bouge pas une oreille : à peine, parviens-je à murmurer un simple merci pour lui témoigner une marque de respect.

Une année s'est écoulée et le moins que l'on puisse dire, c'est que cette rencontre a considérablement modifié la donne. A mes yeux, cet événement est même à marquer d'une pierre blanche car si les persécutions dont j'étais victime n'avaient pas cessé, il y a fort à parier que j'aurais fini par poursuivre mes études dans un autre collège : comme quoi, un simple détail peut parfois changer le cours de toute une vie. Désormais, j'ai acquis mes lettres de noblesse : je ne me serai jamais permis de dire que je faisais l'unanimité au sein de mon établissement mais il est clair qu'on ne se risquait plus à me chercher des noises. Dans l'absolu, je peux même me targuer de posséder une belle côte de popularité mais en toute sincérité, je m'en fiche royalement. De nature modeste, je n'ai pas pour ambition de me vanter d'autant plus que je sais pertinemment à qui je dois ma réussite : je n'ai jamais oublié qu'un jeune homme m'a tendu la perche alors qu'il n'avait rien à y gagner en retour et quoi qu'il arrive, je me suis promis de lui en être éternellement redevable. Grâce à Thiago, j'ai compris la véritable signification du mot amitié durant ces derniers mois. A partir du moment où il est venu me porter secours, il a décidé de me prendre sous son aile et en toute objectivité, il n'a pas fait les choses à moitié. Dès le début de notre entente, il m'a procuré des conseils précieux jouant finalement le rôle du grand frère que je n'avais jamais eu. Au départ, je me suis montré extrêmement frileux : j'avais alors eu du mal à mettre un pied devant l'autre sachant que je bénéficiais de la protection du maître des lieux. Dans un sens, ma fébrilité était légitime car cette situation était déroutante à bien des égards : j'étais presque embarrassé qu'il m'accorde autant de crédit car je ne voyais pas quelle satisfaction il pouvait en tirer. Par la suite, il a usé de son habileté pour gagner ma confiance et peu à peu, j'ai baissé ma garde réussissant alors à le considérer comme un étudiant à part entière. Ayant brisé les barrières qui me donnaient l'impression que nous appartenions à deux mondes différents, nous pouvons alors aborder des sujets plus personnels et je me surprends même à livrer quelques confidences à Thiago. Au détour de chacune de nos discussions, le jeune homme s'évertue toujours à mettre l'accent sur quelques détails qui l'interpellent mais jamais il ne se permet de me juger : c'est tout à son honneur. Parfois, il lui arrive de me bousculer mais son unique but est alors de me faire réagir car il estime que j'ai tendance à me descendre en flèche : or, selon ses dires, cela est sûrement la cause principale de bon nombre de mes désagréments. Persuadé d'avoir mis le doigt sur la faille qui me rend si vulnérable, Thiago estime qu'il est temps de remédier à ce problème : jamais à court d'imagination, il m'impose alors de remplir plusieurs défis augmentant toujours la difficulté de chaque mission qu'il m'ordonne d'exécuter. Parfois, il me pousse jusqu'à mes derniers retranchements et je crois à plusieurs reprises que mon cœur sera incapable de tenir la distance. Le jeune homme me fait subir ce traitement de choc durant de longues semaines puis réalisant que j'ai atteint mes limites, il stoppe cet entraînement draconien : épuisé à la fois physiquement et mentalement, il me faut plusieurs jours pour reprendre mes esprits. Ce n'est que par la suite que je réalise la portée de mes actes : Thiago est parvenu à me sublimer. Aussi incroyable que cela puisse paraître, il a eu la faculté de mettre en avant certaines de mes compétences : des qualités dont je n'avais jamais soupçonné l'existence pour la simple et bonne raison que je manquais totalement d'assurance en moi.

Vais-je devenir un autre homme ? Je n'en ai pas la moindre idée mais cette perspective ne m'effraie pas réellement. Je sais qu'avec le soutien indéfectible de Thiago, je ne risque pas de me planter en beauté : si je file un mauvais coton, il ne tardera pas à tirer la sonnette d'alarme. Moins réservé qu'auparavant, il n'est pas rare que j'accompagne le jeune homme en boîte de nuit lorsqu'il m'invite à le rejoindre pour faire la fête : c'est d'ailleurs à cette époque que je connais ma toute première cuite. Complices comme jamais, Thiago et moi-même sommes de véritables virtuoses lorsqu'il s'agit de mettre le feu sur la piste de danse. En fait, il n'existe qu'un seul sujet sur lequel nos avis divergent totalement : le sexe. Certes, Thiago est mon mentor mais cela ne signifie pas pour autant que je suis à la lettre le moindre de ses conseils : or, pour le moment, les filles, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé.

Cette seconde année se déroule donc sous les meilleurs auspices mais lorsque le printemps pointe enfin le bout de son nez, je dois affronter quelques coups de blues passagers. La perfection n'étant pas de ce monde, un grain de sable vient semer le trouble dans mon esprit : j'ai beau nager dans le bonheur, il n'en reste pas moins que je me prépare à vivre un épisode douloureux et je suis persuadé de ne pas ressortir indemne d'une telle épreuve. Thiago et moi-même avons trois ans d'écart, ce qui signifie qu'à la rentrée, le jeune homme va partir sous d'autres cieux. Au regard de la formidable amitié que nous entretenons, je sais déjà que cette séparation laissera des traces. Plusieurs fois, je vais essayer d'aborder le sujet en sa compagnie mais je tire toujours sur le frein à main craignant de ne pas pouvoir supporter ce que mon frère de cœur va me confier. Finalement, deux semaines avant les vacances d'été, le jour fatidique arrive : le collège organise une fête gigantesque et bien évidemment, Thiago et moi-même sommes de la partie. Durant les premières heures, la soirée est uniquement placée sous le signe de l'éclate totale : n'ayant aucun secret l'un pour l'autre, nous n'avons pas besoin de nous concerter pour comprendre ce que l'autre éprouve. On ne se voile pas la face car nous savons ce qui nous attend mais à nos yeux, il est hors de question qu'on se lamente sur notre sort. Le temps des larmes va venir mais pour l'instant, nous voulons simplement nous amuser pour rendre hommage à la belle complicité qui nous unit.

La nuit est déjà bien avancée lorsque Thiago me fait signe de lui emboîter le pas. Le gong a retenti et je sens déjà mon cœur battre la chamade : j'aurais alors tout donné pour remonter le temps mais il m'est impossible de reculer. Je prends donc mon courage à deux mains et je le suis me frayant un chemin au milieu de la foule : malgré le bruit assourdissant qu'il y a tout autour de moi, je n'entends déjà plus rien car j'ai rejoint ma bulle. Quelques minutes plus tard, on se retrouve dans les gradins qui surplombent le terrain de foot du collège : ce n'est d'ailleurs pas le simple fruit du hasard si Thiago m'a conduit jusqu'ici. Ce lieu est symbolique pour notre duo car c'est à cet endroit précis que l'on s'est réuni chaque fois que l'on a ressenti le besoin de se faire des confidences. Un silence de plomb nous entoure et seul le vent manifeste sa présence en venant nous balayer les cheveux. L'émotion est omniprésente et je crois l'espace d'un instant qu'on restera planté ici pendant des heures sans avoir le courage de placer un mot. Puis, contre toute attente, Thiago se jette à l'eau...

- Si quelqu'un m'avait dit il y a 4 ans que tout ceci pourrait me manquer, je lui aurais ri au nez. Pourtant, je me rends compte aujourd'hui que quitter ce bahut ne sera pas chose aisée.

- Tu vas aussi laisser un grand vide derrière toi. Tout le monde t'aimait dans cet établissement.

- Tu le crois réellement? Moi, je n'en suis pas aussi sûr que toi.

- Qu'est-ce que tu me chantes? Cela se voit comme le nez au milieu de la figure.

- Tu sais Adrian, méfie-toi des apparences, elles sont souvent trompeuses. Je t'ai enseigné beaucoup de leçons depuis que nous nous sommes liés d'amitié tous les deux mais celle-ci est sans aucun doute la plus importante de toutes.

- Que veux-tu dire par là? J'ai du mal à te suivre.

- C'est pourtant simple: je pars du principe qu'il vaut mieux être trop prudent que trop naïf. Or, ce que tu contemples au quotidien dans ce collège n'est en réalité que la partie émergée de l'iceberg. Ce que les gens disent tout haut n'est pas toujours le reflet de ce qu'ils pensent véritablement.

- En clair, tu voudrais me faire avaler que ta popularité légendaire est largement usurpée?

- Pas forcément, c'est plus compliqué que cela. Je prétends juste qu'elle est surfaite dans la mesure où elle pourrait partir en fumée du jour au lendemain. Il suffirait qu'un beau gosse à l’ego surdimensionné débarque dans l'établissement et je suis pratiquement certain que s’il avait en tête de vouloir me détruire, il parviendrait facilement à changer les mentalités de beaucoup d'étudiants. Il faut être réaliste, ce sont les clichés qui font vivre un collège : le respect est une notion qui a perdu de son sens de nos jours.

- Mais alors, pourquoi tout le monde te montre autant d'estime dans ce bahut?

- Je n'ai jamais cherché à ce que cela se produise, j'ai simplement eu de la chance. Il se trouve que lors de ma seconde année, on m'a offert l'opportunité de devenir le capitaine de l'équipe de football du collège. Comme je suis passionné par ce sport depuis ma plus tendre enfance, j'ai accepté la place et à partir de ce jour, tout a changé. Aux yeux des autres, j'étais devenu la star de l'établissement.

- Tu es sérieux? Je n'en reviens pas, c'est un scénario que je n'aurais jamais pu imaginer.

- Tu comprends maintenant pourquoi je te dis que tout ceci n'a rien de glorieux? Demain, je partirai et un autre capitaine sera nommé pour me remplacer. Il deviendra la nouvelle coqueluche du collège et on m'aura oublié en un éclair : personne ne me regrettera...

- Si, moi tu me manqueras énormément. Au cas où tu l'aurais oublié, tu es mon frère de cœur.

Thiago me sourit m'observant sans dire un mot : il n'a pas besoin de me répondre car son émotion se lit sur son visage. Par la suite, il me prend dans ses bras et me tapote le dos : je me retiens alors pour ne pas craquer. L'accolade terminée, il me fait un clin d'œil puis nous restons muets quelques minutes. Une fois de plus, c'est Thiago qui brise le silence ambiant.

- Avant que nos routes se séparent, je me dois de te raconter une anecdote. Cependant, avant d'aller plus loin, j'avais une question à te poser.

- Je t'écoute frérot.

- Je peux me tromper mais j'ai l'intime conviction que tu n'as jamais osé me demander pourquoi je t'avais apporté mon soutien il y a un peu plus d'un an, est-ce vrai?

- C'est énervant à reconnaître mais tu lis en moi comme dans un livre. Je plaide coupable : j'avoue qu'encore aujourd'hui, je ne pige pas ce qui t'a poussé à intervenir en ma faveur.

- Finalement, c'est un moment idéal pour te dévoiler ce secret. Ce que je ne t'ai jamais raconté, c'est qu'il y a 4 ans, j'effectuais moi-même mes premiers pas dans ce collège. A l'époque, je n'étais qu'une pâle copie du jeune homme que je suis devenu à présent : je portais des lunettes et un rien était capable de m'intimider. Et comme j'étais très doué en cours, mes camarades de classe ont eu vite fait de me considérer comme le pestiféré de service. J'ai subi des humiliations que je ne souhaiterais même pas à mon pire ennemi : lorsque je rentrais chez moi, je m'enfermais dans ma chambre et je pleurais toute la nuit. Je pensais que ce cauchemar allait perdurer éternellement puis un beau matin, alors que des élèves tentaient de m'enfermer dans mon casier, un étudiant m'a porté secours. Ce collégien, je le connaissais bien et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne passait jamais inaperçu dans les couloirs de l'établissement. Il s'appelait Paulo et lorsque j'ai débarqué ici, c'était une star qui n'avait pas d'égal au sein de ce bahut. Il a continué de surveiller mes arrières avant de devenir mon mentor. C'est lui qui m'a tout enseigné, je lui dois tout car sans son aide précieuse, qui sait ce que j'aurais pu commettre comme bêtise. Il a fini par tracer sa route mais je me suis juré qu'un jour, je lui rendrai hommage à ma manière. Alors, il y a un peu plus d'un an, quand je t'ai aperçu au milieu de cette cour en train de te faire humilier par tes camarades de classe, j'ai eu l'impression de revenir dans le passé : je me suis vu à travers toi. A partir de ce moment, tout m'a paru clair comme de l'eau de roche : c'était à mon tour de prendre le relais de Paulo. Je me suis senti investi d'une mission et je suis heureux de l'avoir mené à bon terme.

Son récit me bluffe si bien que je reste sans réaction lorsqu'il a terminé de le conter. Notre discussion s’achève alors que le soleil vient tout juste de se lever : Je quitte mon frère de cœur non sans avoir versé quelques larmes. Ce fut la dernière fois que je le vis de mes propres yeux : quelques mois plus tard, il s'évapora dans la nature et je n'entendis plus jamais parler de lui. Encore aujourd'hui, Thiago demeure ancré dans un coin de mon esprit pour la simple et bonne raison que je le considère désormais comme mon guide spirituel. " Nous ne sommes jamais aussi heureux que lorsque l'on procure du bien-être à ses proches " avait-il l'habitude de me confier. A présent, cette philosophie est devenue mienne...

Par la suite, mon existence commence à ressembler à un long fleuve tranquille. Je suis désormais devenu un jeune homme insouciant qui profite de chaque minute de son existence sans véritablement se préoccuper de son avenir. Cela ne veut pas dire pour autant que je néglige mes études mais il est évident que j'ai d'autres priorités à l'esprit. Ainsi, dès que j'en ai l'occasion, je passe le plus clair de mon temps avec mes amis tout en évitant malgré tout de franchir les limites du raisonnable à l’inverse de certains de mes camarades de jeux qui abusent de l’alcool ou consomment de la drogue. Sans être un coureur de jupons, je commence aussi à m’intéresser à la gente féminine mais à cette époque, je me contente de flirter et d’avoir quelques aventures sans lendemain.

Trois années s’écoulent et après avoir obtenu brillamment un diplôme en commerce international, mon père me prend directement sous son aile : je ne suis guère surpris car il m’avait fait comprendre dès mon adolescence que son plus grand souhait était que je marche dans ses pas. Même si j’entretiens de bons rapports avec mes parents depuis de longues années, je me suis toujours senti plus proche de ma mère que j’ai pris pour habitude de surnommer mon ange gardien. C’est donc avec une certaine appréhension que j’effectue mes premières armes dans l’entreprise familiale car pour bien connaître mon père, je sais pertinemment qu’il se montrera dur à mon égard afin que je me montre à la hauteur de la tâche qui m’incombe. Etant tout de suite plongé dans le grand bain, je n’ai pas le droit à l’erreur mais ne doutant plus de mes capacités, je parviens à tracer ma route en assimilant rapidement les tenants et les aboutissants de mon nouveau poste. Travailler au sein de l’entreprise familiale n’est pas de tout repos mais je suis fier de confirmer les espoirs que mon père avait placé en moi. Durant les mois qui suivent, l’entreprise familiale connaît un essor des plus impressionnants si bien qu’elle se développe dans le monde entier et plus particulièrement aux Etats Unis. Mon père réalise alors que pour mener à bien ses affaires, il se doit de quitter Sao Paulo au plus vite : c’est ainsi que contre toute attente, je délaisse la ville qui m’a vu naître pour rejoindre Los Angeles en compagnie de mes parents.

Un nouveau chapitre de mon existence est donc sur le point de débuter et je me demande alors si le destin va continuer de me sourire. Malgré tout, je n’ai guère le temps de cogiter car rapidement, mon père me fait comprendre qu’il est en passe de signer un contrat des plus juteux et que ce n’est autre que moi-même qui vais devoir finaliser cette transaction. Bien que je sois flatté qu’il m’accorde une telle confiance, je n’en mène pas large au moment de mener à bien cette négociation. Malgré tout, je garde le cap et parvient à passer ce test avec brio. Pourtant avare en compliments, mon père n’hésite pas à me féliciter et me prend même dans ses bras : un geste qui me déstabilise autant qu’il me touche. Implicitement, je comprends alors que d’une certaine manière, il me perçoit désormais comme son égal au sein de l’entreprise.

Les années continuent de s’écouler et aucun nuage ne vient obscurcir mon horizon. Désormais, je suis devenu le bras droit de mon père et il m’arrive régulièrement de gérer les affaires courantes de l’entreprise familiale par mes propres moyens. Je suis conscient de mener une existence des plus aisées mais pourtant, même si tout semble me sourire, je ne suis pas pleinement heureux. Pour une raison que j’ignore, je ressens comme un vide qui me consume de l’intérieur à tel point que je suis souvent sujet aux coups de blues. Selon toute vraisemblance, il manque quelque chose à ma vie pour que mon bonheur soit complet mais encore faudrait-il que je trouve la solution à cette énigme. Je n’en suis pas encore conscient mais c’est le destin qui va bientôt m’ouvrir les yeux…

Bien que je sois honoré d’être devenu le bras droit de mon père au sein de l’entreprise familiale, j’évolue dans un monde qui en réalité me débecte souvent au plus haut point. Le fait que l’argent coule à flot et que je sois à la tête d’une petite fortune ne me rend pas aveugle et je suis bien conscient d’évoluer dans un univers où même les coups les plus tordus sont permis. Si j’ai trop de respect pour mon père pour envisager ne serait-ce qu’une seule seconde de lui faire faux bond et de lui tourner le dos, j’essaye au maximum de m’éloigner de ce monde une fois que j’ai rempli mes obligations. En temps normal, j’essaye au maximum de fuir les galas auxquels mon père se rend tout comme j’évite de côtoyer les gens qui appartiennent à cet univers. Ainsi donc, lorsque ce dernier me confie qu’il aimerait me présenter une femme de mon âge qui appartient à ce milieu, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour me défiler dans l’espoir de ne jamais la rencontrer. Malheureusement, mon père est un homme tenace et quand il a une idée derrière la tête, il n’en démord pas. Je finis donc par m’avouer vaincu en acceptant de passer un moment avec cette jeune femme qui répond au doux prénom de December.

S’ensuivent alors trois ans de bonheur intense durant lesquels je vais littéralement vivre sur mon petit nuage. Aussi incroyable que cela puisse paraître, j’ai rencontré mon âme sœur et l’heureuse élue n’est autre que cette fameuse December qui s’était dressée sur ma route alors que j’avais pourtant fait des pieds et des mains pour qu’elle reste en dehors de ma vie : comme quoi, le destin fait parfois bien les choses. Je sais que cela peut paraître grotesque à bien des égards quand on ne croit pas au coup de foudre mais j'ai eu cette beauté divine dans la peau à l'instant-même où j'ai croisé son regard de braise. Depuis que nous sommes ensemble, ma vie a radicalement changé. C'est elle qui fait battre mon cœur, qui me redonne le sourire quand tout va mal, qui me fait pleurer de joie dès qu'elle me complimente ou de tristesse quand je la vois souffrir. La jeune femme est l'oxygène de ma vie : me retrouver sans elle pendant plus d'une journée c'est comme connaitre l'enfer pendant plus de 24 heures. December est aussi ravissante qu'un coucher de soleil en plein été, aussi adorable qu'un petit tigre aux premières lueurs de sa vie, aussi précieuse que la plus belle parure de bijoux de ce monde. Lorsqu'elle n'est pas à mes côtés, j'ai souvent l'impression de n'être plus rien. Pour la première fois de ma vie, je suis donc amoureux et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela me réussit bien. L'affection que ma compagne m'offre au quotidien me galvanise et me donne envie d'aller de l'avant. Je suis alors loin d’imaginer ce qui va suivre...
Du jour au lendemain, December change totalement d’attitude à tel point que je ne reconnais absolument plus la femme qui fait battre chaque parcelle de mon cœur. J’essaye alors de la raisonner, de comprendre ce qui a bien pu se passer pour qu’elle agisse de la sorte mais rien n’y fait : December est devenue une femme froide et odieuse à souhait. Par amour, je tente tant bien que mal de prendre sur moi en espérant qu’un miracle se produise : ce sera peine perdue. A l’inverse, elle me balance le coup de grâce en me poignardant violemment le cœur avant de partir sous d’autres cieux. Les semaines qui suivent cette rupture au combien douloureuse sont sans doute les plus pénibles de mon existence. Totalement détruit psychologiquement, je sens des idées noires envahir mon esprit : au bord du précipice, je suis souvent à deux doigts d'attenter à mes jours. Je ne dois alors ma survie qu'à mes parents qui m'apportent un soutien de tous les instants.

Mon rayon de soleil ? Je vais l'entrevoir en croisant la route d’Isabella. Depuis que December m’a quitté, j'ai pris l'habitude de traîner dans le parc du coin en compagnie de Simba, un Golden Retriever que j’ai adopté quelques semaines plus tôt : cela me permet d'oublier l'espace d'une heure ou deux, le cauchemar que j’endure au quotidien. Un soir, je suis à bout de souffle et je m'assois sur un banc pour pleurer toutes les larmes de mon corps. Je pense être seul lorsque soudainement, une douce voix me sort de ma torpeur. Je croise alors le regard d'une charmante demoiselle et celle-ci semble s'inquiéter de me voir dans un tel état. J'essaye de la convaincre que c'est un simple coup de blues mais visiblement, elle n'en croit pas un mot. Je refuse d'abord son soutien mais comme elle se montre têtue, j'accepte finalement de la suivre jusqu'à son domicile. D'habitude si réservé, je me surprends alors à ouvrir mon cœur à une simple inconnue. Cette nuit-là, elle me prêtera d'ailleurs une oreille attentive jusqu'au petit matin : touché par tant de compassion, je la remercie de m'avoir tendu la main. De son côté, elle semble réellement heureuse de m'avoir soulagé d'un poids et me confie qu'au moindre soucis, elle acceptera volontiers que j'emménage chez elle.

A ses côtés, je vais rapidement m'épanouir et notre complicité ne semble d'ailleurs souffrir d'aucune faille : un lien spécial nous unit et notre relation dépasse le simple cadre de l'amitié. Nous n'avons aucun secret l'un pour l'autre et l'on s'aide mutuellement dès qu'un problème apparaît dans notre vie. Néanmoins, même si tout semble nous rassembler, nous passons un pacte ensemble : quoi qu'il puisse arriver, nous ne formerons jamais un couple. Pour quelle raison ? A nos yeux, notre relation est bien trop belle pour qu'un risque inutile soit pris. Or l'amour est souvent à double tranchant : si ce sentiment peut mener au nirvana, il est également capable d'éloigner deux êtres qui semblent pourtant inséparables.

En l'espace de deux mois, Isabella a réussi l'exploit de me rebooster le moral. Ayant fait le choix de m’éloigner temporairement de l’entreprise familiale, j'ai beaucoup de temps libre et je ne quitte plus la jeune femme d'une semelle. Quand on désire être au calme, on se ballade ensemble dans les différents quartiers de la ville mais en revanche, dès qu'on a besoin d'un peu d'action, on se débrouille toujours pour se mettre dans des plans foireux. Une chose est certaine en tout cas : c'est qu'on ne s'ennuie jamais dès lors qu'on est réuni. Malheureusement, le destin semble avoir une dent contre moi. A peine ai-je eu le temps de souffler un peu qu'il va à nouveau s'arranger pour me passer sur le corps.

Voilà près de deux qu’Isabella est rentrée dans ma vie. Je sais ce que je lui dois et je me rends compte que je ne l'ai jamais vraiment remerciée de m'avoir sauvé la mise. Je veux marquer ce jour d'une pierre blanche et j'ai donc dans l'idée de lui préparer une fête surprise. J'y travaille depuis bientôt une semaine et je ne cache pas que je piaffe d'impatience de voir sa réaction : j'imagine déjà son magnifique sourire qui illuminera son visage et cela remplit mon cœur de joie. A mon grand désespoir, il ne verra pourtant jamais le jour. A la veille de cet événement, Isabella me contacte pour m'annoncer qu'elle doit quitter Sao Paulo sur-le-champ : suis-je donc maudit pour l’éternité ?

Désemparé, je suis complètement anéanti au point de me demander si la vie vaut vraiment la peine d’être vécue. Si le départ précipité d’Isabella est un coup dur dont je ne suis pas certain de pouvoir me relever, il m’oblige également à regarder la vérité en face : December occupe encore chacune de mes pensées et reste ancrée dans chaque parcelle de mon cœur. Totalement perdu et ayant désespérément besoin que l’on me tende la main, je me confie une fois de plus à mes parents. Mon ange gardien me conseille alors de prendre mes distances avec Sao Paulo et m’encourage à venir les voir à Los Angeles. D’abord dubitatif, je décide de tout plaquer avec l’accord de mon père qui me rassure en me confiant que durant un temps, il sera tout à fait capable de gérer l’entreprise familiale seul. Après m’être trouvé une demeure dans un quartier chic de Los Angeles, je pars à la recherche d’un nouveau travail afin de m’occuper l’esprit : malheureusement, dans un premier temps, je ne trouve pas mon bonheur. Frustré, je fais part de mon désarroi à mon père : celui-ci me conseille alors de me rendre du côté d’Anaheim et d’aller directement à la Disney’s Academy dans la mesure où l’entreprise familiale a déjà collaboré en leur compagnie et que je pourrai peut-être en tirer avantage pour trouver un boulot. Je ne suis pas certain de m’y sentir à ma place mais je décide malgré tout de suivre ses conseils : après tout, qui ne tente rien n’a rien…
Était-il charmant ?
Lorsque l'on sait dans quel luxe je suis né, il est facile de se faire une fausse idée sur moi. La nature humaine pousse les gens à avoir des préjugés bien fondés sur des personnes qu'ils n'ont pourtant jamais fréquentées. Par expérience, j'ai appris à ne plus faire attention aux bruits de couloirs mais je peux vous dire qu'on m'a déjà décrit de mille et une façons. Pourtant, chacun de ces portraits était bien loin de la vérité et pour cause puisque moi-même, j'ai parfois bien du mal à me cerner. On m'a souvent dit que mon éducation bourgeoise me poussait forcément à prendre les gens de haut et je me suis toujours permis de sourire à cette réflexion. Penser ne serait-ce qu'une seule seconde que je m'accordais un tel privilège dans le but de mettre en avant ma richesse montrait à quel point il était facile d'être à côté de la plaque lorsqu'on ne prenait pas le temps de s'attarder réellement sur une personne digne de ce nom.

Pour autant que je sache, je suis quelqu'un de renfermé et réservé et j'ai toujours détesté me mettre en avant : cela ne m'a jamais empêché de me vanter mais simplement dans le but de plaisanter avec mes proches. La douceur et la sensibilité sont deux qualités que j'ai développé au fil du temps ce qui fait que je me suis toujours attaché très vite aux gens qui rentraient dans ma vie. Je déteste voir souffrir les personnes que j'aime et je consacre l'essentiel de mon temps à aider mes amis en les soutenant et en les écoutant dès qu'ils en ont besoin : je vois la peine comme une plaie qu'il faut soigner au plus vite avant qu'elle ne s'infecte.

Cependant, je n'affirme pas que je suis un être unique qui ne dégage que des qualités. En réalité, je suis plus difficile à côtoyer qu'il n'y paraît. Je cache une autre personnalité beaucoup plus sombre qui s'explique par un passé complexe à gérer : je ne me suis jamais totalement remis de ma rupture avec December et sa disparition continue de me hanter par instant. Je ressens constamment le besoin de m'isoler quand beaucoup de questions se bousculent dans ma tête. Je n'ai jamais su d'où cela provenait mais sans nul doute qu'un sentiment de culpabilité remonte à la surface dès lors que le destin me pousse à me remette en cause. Je peux alors devenir quelqu'un de très froid et mieux vaut éviter de croiser mon chemin. Même si je déteste la violence, je suis également très agressif lorsqu'on s'attaque aux personnes qui occupent une place dans mon cœur et je sais parfaitement me défendre en toutes circonstances.

En d'autres termes, je ne suis pas le comique de service mais ne comptez pas sur moi pour être sérieux à chaque seconde de mon existence : je ne suis ni tout blanc, ni tout noir. J'ai une âme de solitaire et pourtant, je garde un œil attentif à tout ce qui se passer dans mon entourage. En clair, je suis une énigme à moi tout seul et bien malin celui qui parviendra à la résoudre...  
L'auteur
 Personnellement, je préfère garder une part de mystère me concernant (surtout que je travaille sous couverture Razz ). Vous apprendrez à me découvrir au fin du temps bande de petits curieux mais sachez juste qu'on me surnomme souvent sweetheart et que cela fait quinze ans que je fréquente les RPG (oui, je suis un vieux dinosaure Razz ).

©️Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cast-member at Disneyland
Evolution chez Disney :
2 / 122 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Los Angeles en Amérique, le 25 Décembre 1992. J'ai donc actuellement 25 ans et je suis Américaine!

Disney's academy et toi : Je l’ai été à mon arrivée au parc, quand j'avais 18 ans, j'ai étudié le chant, la danse, coaching vocal, l’improvisation et le doublage jusqu'à mes 22 ans. "Diplômée" de l'école, je suis sur le marché du travail. Cependant, il m'arrive de reprendre des cours en auditeur libre

Et dans la vie je suis : Une jeune femme qui fait briller les yeux des petites filles en incarnant Raiponce dans le parc Disneyland ou encoreCendrillon en remplacement. Je chante et danse lors des parades et spectacle, en ce moment sur Fantasmic sous ma chevelure dorée avec mon ami Pascal.

Mon statut marital : Il faut parfois savoir se remettre en question, j'ai gâché mon couple et le regrette amèrement. De ce fait je suis Célibataireet ne cherche pas vraiment à me recaser après avoir été fiancée.

Mon adresse postale : Je n'ai jamais vécut dans la résidence des Cast Member. Merci maman merci Papa d'avoir contribué à mon installation. Ayant rendu mes logements quand je suis partie à Paris et Shanghai, quand je suis revenue, j'ai trouvé un petit appartement à Anaheim. Il n'est pas très loin du parc, 15 minutes en voiture. Il est au 3ème étage d'un immeuble et est constitué d'une chambre en mezzanine, un salon, une cuisine...enfin bref, tout le petit confort!



Mes petits + : Allergique à la fraise ¤ Incarne Raiponce et Cendrillon à Disney ¤A travailler à Disneyland Paris et Shanghai ¤ Ses parents sont dans l'administration du parc ¤ Elle est fille unique ¤ C'est une aventurière ¤ Elle est loin d'être bête, elle aime se cultiver ¤ Elle adore manger

Mon réseau social : Pour faire partie de mon entourage, c'est ici
________________________

RP EN COURS

Luke Event ]▬Carrie

Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t79-jude-offman-my-disneyface http://disneyacademy.forumactif.com/t75-call-me-maybe-jude-s-phone http://disneyacademy.forumactif.com/t74-jude-offman-ft-elizabeth-olsen http://disneyacademy.forumactif.com/t67-and-i-see-the-light-jude
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Lun 27 Nov - 8:07

Bienvenu parmi nous !
Disney's Academy


FLEUR AUX PÉTALES D'OR

« Fleur aux pétales d’or, répands ta magie, inverse le temps, rends-moi ce qu’il m’a pris, ce qu’il m’a pris. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Disney's academy student
Evolution chez Disney :
1 / 121 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Wolverhampton en Angleterre, le 16/08/1994. J'ai donc actuellement 23 ans et je suis mi rosbeef mi spaghetti (Anglo-Italien pour les sous doués)

Disney's academy et toi : Deuxième année en cursus Performer. Je suis les cours de coaching vocal, chant, danse, doublage & sport/entretien du corps.

Et dans la vie je suis : Actuellement je suis cast-member à Disneyland, j'y interprète le célèbre Captain America, portant fièrement mon bouclier, en grand fan de Marvel que j'suis. Dans un tout autre registre, c'est moi qui suis caché sous le costume de Sullivan, de Monstres et Cie, je suis un distributeur de câlins géants et tout doux !



Mon statut marital : Libre comme le vent.


Mon adresse postale : Une maison à Anaheim, pratique pour organiser des petites soirées mixtes, hum hum.



Mes petits + :
topics en cours


feat Wendy
feat Olivia





Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Lun 27 Nov - 9:57

Bienvenue (:
J'ai connu une sweetheart... si c'est la même je vais devoir faire ma fangirl :fallinlove:
Disney's Academy


Call me Captain ✩ The stars are make to shine, reach up and make a wish. It’s a beautiful time, I hope you take a glimpse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin + Manager at the Disney's Academy
Evolution chez Disney :
5 / 125 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Sun Prairie aux États-Unis, le 09.06.1987. J'ai donc actuellement 30 ans et je suis américaine!

Et dans la vie je suis : Chanteuse. J'ai chanté quelques chansons pour Disneyland, notamment les chansons des parades et des divers évènements. Mais je suis avant tout professeur de chant à la Disney's Academy.



Mon statut marital : Je suis passée de Mama Odie à Evangeline, de simple collègue à amante! Mon Ray à moi, c'est toi!



Mon adresse postale : Je vis dans un appartement à Anaheim avec mon chien, mon chat et mes trois petites tortues.



Mes petits + : Elle n'a eu son premier petit-ami qu'à l'âge de 21 ans • elle a très mauvais caractère • elle prend tout au pied de la lettre • si elle ne dort pas de tout son soûl, elle devient grincheuse et vulgaire • elle n'a pas la langue dans sa poche • malgré les déboires qu'elle a eu avec ses ex, elle reste un peu fleur bleue...même si elle ne veut pas se l'avouer • son disney préféré est la princesse et la grenouille, parce que la chanson "au bout du rêve" reflète bien sa vie • le méchant qu'elle préfère est Gaston • elle n'a d'ailleurs jamais compris pourquoi Belle n'a jamais craqué pour lui • elle est très bonne cuisinière • elle possède une garde-robe très impressionnante • elle adore le maquillage • elle chante des chansons d'Hannah Montana sous la douche • elle est très maniaque et ne supporte pas les personnes bordéliques • elle est très proche des animaux • elle possède d'ailleurs un chien (Buddy), un chat (Cookie) et trois petites tortues aquatiques qu'elle a nommé Coca, Fanta et Arizona (oui,oui) • elle craque totalement pour Draco Malefoy • elle ne fait plus confiance aux hommes • elle est en froid avec ses parents • elle a avorté une semaine après son divorce • elle adore le génie d'Aladdin • elle aime beaucoup le gospel, notamment le gospel noir américain • elle aime tout autant les comédies musicales, surtout les françaises • sa couleur préféré est le beige • elle est généreuse • elle n'hésite pas à aider son prochain • elle donne toujours une petite pièce aux sans-abris • elle hait la malbouffe • elle a le chic pour perdre ses clés • elle fait la collection des coques Disney • elle adore aller chez le coiffeur et regarde souvent des tutos coiffures sur youtube •

Mon réseau social :
Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t616-teri-palmer-my-disneyface http://disneyacademy.forumactif.com/t615-teri-palmer-cellphone#7062 http://disneyacademy.forumactif.com/t613-teri-plamer-ft-hilary-duff#7059 http://disneyacademy.forumactif.com/t612-moi-j-ai-un-reve-teri-palmer
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Lun 27 Nov - 10:26

Bienvenue parmi nous! :fallinlove:
Bon courage pour la suite de ta fiche! :rougi:
Disney's Academy


« De nos deux tristesses, un bonheur est né car j’ai compris que j’allais t’aimer. Je ris en pensant à ce qu’étaient nos jeux, ensoleillant les jours pluvieux. » Rox & Rouky
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin + Disney's academy student
Evolution chez Disney :
2 / 122 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Londres en Angleterre, le 10 juin 1995. J'ai donc actuellement 22 ans et je suis Britannique. (Je lève le petit doigt pour boire le thé!)

Disney's academy et toi : Deuxième année en cursus Performer. Je suis les cours de Danse, coaching vocal, chant, doublage, et animation tv. J'aimerais devenir animateur tv et doubleur de dessins animés. Ces derniers temps, je remets beaucoup en question ma place à l'académie, étant très occupé par les spectacles à Disneyland, je n'ai plus une seconde pour moi.



Et dans la vie je suis : Pour payer mes études je suis Cast-Member à Disneyland Resort. J’interprète principalement Flynn (Raiponce) en Meet and Great et au sein du spectacle Mickey and the Magical Map. Actuellement je suis aussi danseur sur la parade de Noël, dans la peau d'un lutin. (Et je passe trois plombes à camoufler mes bras tatoués! Comment regretter tes addictions.)



Mon statut marital : Professionnel dans l'art de se faire friendzoné. Célibataire.



Mon adresse postale : J'ai un petit appart' dans la résidence Simba, à Cast-Member Land. J'y suis en colocation avec Toma & Nat. Peter, Hiro et Eugène en trio!



Mes petits + : Les rumeurs courent comme quoi il serait gay. Et s'il a tenté de les démentir, il est contraint de réaliser qu'il développe d'étranges sentiments pour un garçon... • S'il est célibataire depuis des mois, il s'occupe mieux de la vie privée de ses potes, telle une fouine mégère, que de ses propres fesses • Il craque souvent sur des filles plus âgées que lui • Il a été cast-member à Disneyland Paris, Prince Philippe en parade, et opérateur d'attraction sur Pirate des Caraïbes • Il tient son rôle de Flynn à Disneyland, très à cœur, c'est son personnage préféré (Il idéalise beaucoup la relation de Flynn et Raiponce) • Il est casse coup, il ne tient pas en place • Il sort beaucoup, c'est un vrai pilier de soirées • Contrairement à l'image qu'il donne, il n'a pas eu beaucoup de nanas dans sa vie. C'est un vrai énergumène, mais avec les filles il stresse beaucoup • Il ne fume et boit qu'en soirée • Il perd très vite son sang froid, il se vexe facilement, et est plutôt mauvais joueur. En revanche il est plutôt romantique, à l'écoute et très attentionné • Il a la phobie des insectes et des reptiles • Ses plats préférés sont souvent italiens • Ses tatouages sont la faute d'un passage rebelle à l'adolescence, il en regrette certains, surtout dans son boulot • Il s'investie énormément dans les droits des animaux, et est actuellement bénévole au refuge de Anaheim • Il a un humour pourrit qui ne fait rire que lui • Il est issu d'une famille nombreuse, il a deux grands frères et trois petites sœurs • S'il était à Poudlard, il serait un Poufsouffle (Les britanniques se doivent de préciser ça!) • Ses Disney préférés sont Mary Poppins, Raiponce, et Atlantide • Il regarde énormément de reportages sur Walt Disney, qui le fascine • Il connait pratiquement toutes les musiques Disney par cœur, il n'écoute que ça • Il n'a pas le permis de conduire, il l'a pourtant passé trois fois • Il a été fiancé à l'une des actrices qui interprète Raiponce (Jude), mais ils se sont séparés après trois ans de vie commune.



Mon réseau social : ★★★☆ Nat ▬ Mon meilleur ami, enfin je crois. On est entré en même temps à l'académie, à Disneyland, on est colocataire. On se voit du matin au soir, et on n'arrive même pas à se saouler, alors je pense que c'est ça la bonne définition.

★★★☆ Valentin ▬ Je crois qu'il est un peu comme un meilleur ami. Si j'étais une femme, j'aurais été sa Jane. Entre lui et moi ça dure depuis une éternité. On s'est rencontré à Paris, à Disneyland. Il y bossait dans un café. Un soir je l'ai surpris à chanter. Il avait une telle voix, que je l'ai encouragé à postuler sur Anaheim. Le hasard faisant bien les choses, c'est aussi là que j'ai été. On ne se quitte pas c'est vrai. On suit le même cursus à l'académie, les mêmes cours, on bosse au même endroit. On est un peu comme un vieux couple marié depuis plus de 75 ans, et que plus rien ne peu séparer maintenant. Faut bien avouer que je serais un peu perdu sans lui.

★★★☆ Jesse ▬ Le pote parfait, d'une virée parfaite. Je suis allé vers lui quand j'ai su qu'il était le fils du pire prof que j'ai connu, Owens. Et j'ai rapidement compris qu'il le haïssait autant que moi. On a alors commencé à sortir en duo, moi je me suis amusé à lui faire découvrir Anaheim, et on ne s'est plus jamais quitté.

★★★☆ Jude ▬ Elle était tout pour moi. Je me suis même agenouillé devant elle, pour lui passer un joli petit - ok on fait avec ses moyens! - diamant au doigt. J'ai tout abandonné pour elle, m'installant à Anaheim juste pour la suivre. Mais Madame avait de grand rêves, dont je ne faisais pas vraiment parti... Elle s'est envolé pour la Chine il y a quelques mois, laissant mon petit cœur en morceaux. Quand elle est revenue en septembre, elle voulait reprendre notre histoire là ou on l'avait laissé. Mais j'ai trop souffert, et j'avais l'impression d'être prit pour un idiot. Je l'ai repoussé, encore et encore, mettant un point final à notre relation. Aujourd'hui, nous tentons de sauver au moins notre amitié, qui elle, nous manque plus que tout.

★★☆☆ Eli ▬ Comme j'ai le contacte facile avec les gamins, et que j'ai vite comprit que mon coiffeur à Disneyland, avait besoin de sortir, avec toutes les emmerdes qu'il avait vécu ces derniers temps... Je suis devenu le babysitter de sa fille, Tasha.

★★☆☆ Paki ▬ On a tout le temps les mêmes délires, du jour ou il est rentré à Disneyland, on a comprit qu'entre nous, ce serait une longue histoire! Il faut toujours qu'on invente toutes sortes de conneries, la dernière en date ? faire croire qu'on est un parfait petit couple. Et tout le monde y croit!

★★☆☆ Toma ▬ Heureusement qu'il ne s'est pas appelé xin puah pen ou bol de riz, j'aurais eu du mal à enregistrer son prénom. Mais Toma ça sonne bien anglais. Ce petit là je l'aime bien. Au début quand j'ai su que j'allais vivre avec un petit nain comme ça, j'ai crus qu'il serait du genre geek et ennuyeux à mourir. Mais en fait, on est un joli trio, on sort beaucoup, et je crois qu'on est pas mal devenu inséparables!



★★☆☆ Tony ▬ Il fut un temps ou l'on ne pouvait pas s'encadrer... Puis une bataille en Spiderman contre Captain America, et quelques bières plus tard, on est devenu insérables. Je lui ai même roulé une pelle une fois... Mais pour ma défense, j'étais bourré et j'ai vomis juste après!

★★☆☆ Alex ▬ Notre costumier, on s'est toujours bien entendu, je peux dire qu'on est plus amis que collègues. Et lui il a du style. Ok, j'avoue qu'à être souvent caché derrière les portants, j'en sais un peu trop sur lui... Héhé.

★★☆☆ Aiden ▬ Caché derrière mes portants comme toujours, j'ai aperçu la starlette rendre visite à Alex un jour. J'ai rapidement comprit le manège qui se tramait entre ces deux là, alors je ne sais pas pourquoi, je lui ai couru après, prétextant être un admirateur, le tout pour entrer dans son petit cercle d'amis, afin de jouer les cupidons entre lui et Alex... Le truc c'est que maintenant faut que je me tape toute sa série!

★★☆☆ Luna ▬ C'est ma Loufoca. Je l'ai rencontré quand j'ai voulu refaire un tatouage. Je ne connaissais pas les salons à Anaheim et je me suis arrêté sur le sien. On a très vite accroché, avec notre humour aussi pourrit. J'ai d'ailleurs un petit pingouin de tatoué sur les fesses à cause d'elle.

★★☆☆ Lucia ▬ Ma copine de scène. On s'est rencontré lors des premières répétitions de Mickey and the Magical Map, dont on fait tous les deux parti du casting. On a bien accroché alors je l'ai entraîné avec moi dans mes sorties et mes fiesta pour lui faire rencontrer du monde. On est tellement toujours collé l'un à l'autre en fête, qu'on nous prend souvent pour une couple d'ailleurs.

☆☆☆☆ Emily ▬ On s'est rencontré à l'académie, lors des portes ouvertes. J'étais son parrain. Je ne sais pas trop quoi penser d'elle, parce qu'à peine on se rencontrait, que déjà elle me prenait par la main ç_ç. Honnêtement je crois qu'elle me fait un peu flipper.



RPS EN COURS: LuciaJasmine
Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t41-jay-miller-my-disneyface#57 http://disneyacademy.forumactif.com/t42-jay-miller-cellphone http://disneyacademy.forumactif.com/t40-jay-miller-ft-louis-tomlinson http://disneyacademy.forumactif.com/t39-jay-miller#55
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Lun 27 Nov - 11:15

Ce serait pas Sweety ton surnom aussi ? :nian:
Bienvenue en tout cas, avec un tel avatar en plus :fallinlove:
Bon courage pour terminer ta fiche, et amuses toi bien parmi nous surtout! :lunette:
Disney's Academy



« Cause we’re all passing time, looking for the rush that makes us feel alive, living through the moments, trapped inside a lie, i need you here tonight, show me there’s more to life, and we’re not passing time » Heffron Drive ft. Logan Henderson.

PRÉSENCE RÉDUITE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ambassadrice du forum + Cast-member
Evolution chez Disney :
2 / 122 / 12

Ma petite bio : Je suis né à New York aux États-Unis, le 15 Novembre 1992. J'ai donc actuellement 25 ans et je suis Américaine!

Disney's academy et toi : J'y ai été élève lorsque j'avais 18 ans. J'ai suivi le cursus des performers étudiant le théâtre, la danse, l'estime de sois et l'entretien personnel. J'ai également suivi les cours pour le maquillage afin de pouvoir me transformer en princesse toute seule. Diplômée à 22 ans j'ai pris mon poste de Cast member mais continu de prendre des cours de théâtre voir même d'improvisation.

Et dans la vie je suis : Une princesse au cheveux roux, une sirène sur deux jambes qui fait rêver les petites filles du monde entier en incarnant Ariel la belle princesse à la chevelure de feu. Je l'incarne en rencontre et sur le spectacle du Fantasmic. Parfois je suis également Mérida pour remplacer une collègue, ce qui est tout aussi amusant.

Mon statut marital : Célibataire. Je n'ai pas eu le courage d'aller chercher vers d'autres horizon un prince qui m'aimerait malgré nos mondes différents. Pourtant je pourrais donner ma voix pour le trouver, mais cela en vaudra t il la peine ? Je l'espère.

Mon adresse postale : Je vis dans un petit appartement en Anaheim à quelques minutes de voiture de mon travail; ce n'est pas grand chose, un grand studio, une pièce qui sers de salon et de chambre, une petite cuisine et une salle de bain qui fait toilette. Il ressemble beaucoup à celui de Carrie Bradshaw par ailleurs. Deuxième étage d'un immeuble ancien très classieux.



Mes petits + : Amoureuse des chats ¤Passionnée des contes de fée originaux ¤ Viens d'une famille très nombreuse ¤ Très attachée à sa grand mère elle a du mal à vivre le deuil ¤ Elle aime découvrir de nouvelles choses ¤Elle est d'une gentillesse incroyable et aide tout le monde ¤ Elle est très coquette et fier de ses cheveux roux

Mon réseau social : Potential Love: Viktor O'Neil
Best Friend : Jude Offman
Gay Best Friend: Eli Ivanov
Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t695-carrie-lacey-ft-deborah-ann-woll#7952 http://disneyacademy.forumactif.com/t694-carrie-o-quand-le-reve-deviens-realite#7925
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Lun 27 Nov - 11:43

Bienvenue par ici Sweety!

C'est un plaisir de t'avoir parmi nous, j’espère qu'on pourra se retrouver sur la box ou via rp ^^
Disney's Academy



If you would be loved, love and be lovable.
« Sometimes the heart sees what is invisible to the eye. »

What would I give to live where you are, What would I pay to stay here beside you, What would I do to see you, smiling at me...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anaheim Citizen
Evolution chez Disney :
0 / 120 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Sao Paulo au Brésil, le 26/09/1983. J'ai donc actuellement 34 ans et je suis Brésilien!

Et dans la vie je suis : Directeur d'une chaîne d'hôtels.

Mon statut marital : Célibataire

Mon adresse postale : Je vis dans une villa située en bordure d'Anaheim.



Mes petits + : Δ A failli subir un viol à l'âge de 11 ans Δ Souffre douleur de ses camarades au collège, il a eu la chance de rencontrer Thiago qui l'a pris sous son aile et qui a fait de lui l'homme qu'il est devenu aujourd'hui Δ Il a marché sur les traces de son père et gère aujourd'hui l'entreprise familiale à ses côtés Δ Vient de s'installer à Anaheim dans l'espoir de retrouver December qui a mis fin à leur relation il y a tout juste deux ans.

Mon réseau social : ★★★★ Joe Geller: mon confident

★★★ Oprah Von Auer : souhaite tout mettre en oeuvre pour que tu retournes auprès de Matthew.

★★☆☆ December Patterson : mon ex
Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t762-adrian-caldeira-my-disney-face#8734 http://disneyacademy.forumactif.com/t761-adrian-s-phone#8733 http://disneyacademy.forumactif.com/t760-adrian-caldeira-ft-orlando-bloom http://disneyacademy.forumactif.com/t742-no-one-can-make-you-feel-inferior-without-your-consent-adrian-caldeira
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Lun 27 Nov - 14:10

Merci à tous pour votre accueil, j'apprécie.

En fait, en 15 ans, on m'a donné tous les surnoms possibles et imaginables mais sweetheart est né d'un délire que je vous raconterai peut être à l'occasion Razz.

Désolé pour la fausse joie Tony mais je suis un homme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin + Disney's academy student
Evolution chez Disney :
2 / 122 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Londres en Angleterre, le 10 juin 1995. J'ai donc actuellement 22 ans et je suis Britannique. (Je lève le petit doigt pour boire le thé!)

Disney's academy et toi : Deuxième année en cursus Performer. Je suis les cours de Danse, coaching vocal, chant, doublage, et animation tv. J'aimerais devenir animateur tv et doubleur de dessins animés. Ces derniers temps, je remets beaucoup en question ma place à l'académie, étant très occupé par les spectacles à Disneyland, je n'ai plus une seconde pour moi.



Et dans la vie je suis : Pour payer mes études je suis Cast-Member à Disneyland Resort. J’interprète principalement Flynn (Raiponce) en Meet and Great et au sein du spectacle Mickey and the Magical Map. Actuellement je suis aussi danseur sur la parade de Noël, dans la peau d'un lutin. (Et je passe trois plombes à camoufler mes bras tatoués! Comment regretter tes addictions.)



Mon statut marital : Professionnel dans l'art de se faire friendzoné. Célibataire.



Mon adresse postale : J'ai un petit appart' dans la résidence Simba, à Cast-Member Land. J'y suis en colocation avec Toma & Nat. Peter, Hiro et Eugène en trio!



Mes petits + : Les rumeurs courent comme quoi il serait gay. Et s'il a tenté de les démentir, il est contraint de réaliser qu'il développe d'étranges sentiments pour un garçon... • S'il est célibataire depuis des mois, il s'occupe mieux de la vie privée de ses potes, telle une fouine mégère, que de ses propres fesses • Il craque souvent sur des filles plus âgées que lui • Il a été cast-member à Disneyland Paris, Prince Philippe en parade, et opérateur d'attraction sur Pirate des Caraïbes • Il tient son rôle de Flynn à Disneyland, très à cœur, c'est son personnage préféré (Il idéalise beaucoup la relation de Flynn et Raiponce) • Il est casse coup, il ne tient pas en place • Il sort beaucoup, c'est un vrai pilier de soirées • Contrairement à l'image qu'il donne, il n'a pas eu beaucoup de nanas dans sa vie. C'est un vrai énergumène, mais avec les filles il stresse beaucoup • Il ne fume et boit qu'en soirée • Il perd très vite son sang froid, il se vexe facilement, et est plutôt mauvais joueur. En revanche il est plutôt romantique, à l'écoute et très attentionné • Il a la phobie des insectes et des reptiles • Ses plats préférés sont souvent italiens • Ses tatouages sont la faute d'un passage rebelle à l'adolescence, il en regrette certains, surtout dans son boulot • Il s'investie énormément dans les droits des animaux, et est actuellement bénévole au refuge de Anaheim • Il a un humour pourrit qui ne fait rire que lui • Il est issu d'une famille nombreuse, il a deux grands frères et trois petites sœurs • S'il était à Poudlard, il serait un Poufsouffle (Les britanniques se doivent de préciser ça!) • Ses Disney préférés sont Mary Poppins, Raiponce, et Atlantide • Il regarde énormément de reportages sur Walt Disney, qui le fascine • Il connait pratiquement toutes les musiques Disney par cœur, il n'écoute que ça • Il n'a pas le permis de conduire, il l'a pourtant passé trois fois • Il a été fiancé à l'une des actrices qui interprète Raiponce (Jude), mais ils se sont séparés après trois ans de vie commune.



Mon réseau social : ★★★☆ Nat ▬ Mon meilleur ami, enfin je crois. On est entré en même temps à l'académie, à Disneyland, on est colocataire. On se voit du matin au soir, et on n'arrive même pas à se saouler, alors je pense que c'est ça la bonne définition.

★★★☆ Valentin ▬ Je crois qu'il est un peu comme un meilleur ami. Si j'étais une femme, j'aurais été sa Jane. Entre lui et moi ça dure depuis une éternité. On s'est rencontré à Paris, à Disneyland. Il y bossait dans un café. Un soir je l'ai surpris à chanter. Il avait une telle voix, que je l'ai encouragé à postuler sur Anaheim. Le hasard faisant bien les choses, c'est aussi là que j'ai été. On ne se quitte pas c'est vrai. On suit le même cursus à l'académie, les mêmes cours, on bosse au même endroit. On est un peu comme un vieux couple marié depuis plus de 75 ans, et que plus rien ne peu séparer maintenant. Faut bien avouer que je serais un peu perdu sans lui.

★★★☆ Jesse ▬ Le pote parfait, d'une virée parfaite. Je suis allé vers lui quand j'ai su qu'il était le fils du pire prof que j'ai connu, Owens. Et j'ai rapidement compris qu'il le haïssait autant que moi. On a alors commencé à sortir en duo, moi je me suis amusé à lui faire découvrir Anaheim, et on ne s'est plus jamais quitté.

★★★☆ Jude ▬ Elle était tout pour moi. Je me suis même agenouillé devant elle, pour lui passer un joli petit - ok on fait avec ses moyens! - diamant au doigt. J'ai tout abandonné pour elle, m'installant à Anaheim juste pour la suivre. Mais Madame avait de grand rêves, dont je ne faisais pas vraiment parti... Elle s'est envolé pour la Chine il y a quelques mois, laissant mon petit cœur en morceaux. Quand elle est revenue en septembre, elle voulait reprendre notre histoire là ou on l'avait laissé. Mais j'ai trop souffert, et j'avais l'impression d'être prit pour un idiot. Je l'ai repoussé, encore et encore, mettant un point final à notre relation. Aujourd'hui, nous tentons de sauver au moins notre amitié, qui elle, nous manque plus que tout.

★★☆☆ Eli ▬ Comme j'ai le contacte facile avec les gamins, et que j'ai vite comprit que mon coiffeur à Disneyland, avait besoin de sortir, avec toutes les emmerdes qu'il avait vécu ces derniers temps... Je suis devenu le babysitter de sa fille, Tasha.

★★☆☆ Paki ▬ On a tout le temps les mêmes délires, du jour ou il est rentré à Disneyland, on a comprit qu'entre nous, ce serait une longue histoire! Il faut toujours qu'on invente toutes sortes de conneries, la dernière en date ? faire croire qu'on est un parfait petit couple. Et tout le monde y croit!

★★☆☆ Toma ▬ Heureusement qu'il ne s'est pas appelé xin puah pen ou bol de riz, j'aurais eu du mal à enregistrer son prénom. Mais Toma ça sonne bien anglais. Ce petit là je l'aime bien. Au début quand j'ai su que j'allais vivre avec un petit nain comme ça, j'ai crus qu'il serait du genre geek et ennuyeux à mourir. Mais en fait, on est un joli trio, on sort beaucoup, et je crois qu'on est pas mal devenu inséparables!



★★☆☆ Tony ▬ Il fut un temps ou l'on ne pouvait pas s'encadrer... Puis une bataille en Spiderman contre Captain America, et quelques bières plus tard, on est devenu insérables. Je lui ai même roulé une pelle une fois... Mais pour ma défense, j'étais bourré et j'ai vomis juste après!

★★☆☆ Alex ▬ Notre costumier, on s'est toujours bien entendu, je peux dire qu'on est plus amis que collègues. Et lui il a du style. Ok, j'avoue qu'à être souvent caché derrière les portants, j'en sais un peu trop sur lui... Héhé.

★★☆☆ Aiden ▬ Caché derrière mes portants comme toujours, j'ai aperçu la starlette rendre visite à Alex un jour. J'ai rapidement comprit le manège qui se tramait entre ces deux là, alors je ne sais pas pourquoi, je lui ai couru après, prétextant être un admirateur, le tout pour entrer dans son petit cercle d'amis, afin de jouer les cupidons entre lui et Alex... Le truc c'est que maintenant faut que je me tape toute sa série!

★★☆☆ Luna ▬ C'est ma Loufoca. Je l'ai rencontré quand j'ai voulu refaire un tatouage. Je ne connaissais pas les salons à Anaheim et je me suis arrêté sur le sien. On a très vite accroché, avec notre humour aussi pourrit. J'ai d'ailleurs un petit pingouin de tatoué sur les fesses à cause d'elle.

★★☆☆ Lucia ▬ Ma copine de scène. On s'est rencontré lors des premières répétitions de Mickey and the Magical Map, dont on fait tous les deux parti du casting. On a bien accroché alors je l'ai entraîné avec moi dans mes sorties et mes fiesta pour lui faire rencontrer du monde. On est tellement toujours collé l'un à l'autre en fête, qu'on nous prend souvent pour une couple d'ailleurs.

☆☆☆☆ Emily ▬ On s'est rencontré à l'académie, lors des portes ouvertes. J'étais son parrain. Je ne sais pas trop quoi penser d'elle, parce qu'à peine on se rencontrait, que déjà elle me prenait par la main ç_ç. Honnêtement je crois qu'elle me fait un peu flipper.



RPS EN COURS: LuciaJasmine
Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t41-jay-miller-my-disneyface#57 http://disneyacademy.forumactif.com/t42-jay-miller-cellphone http://disneyacademy.forumactif.com/t40-jay-miller-ft-louis-tomlinson http://disneyacademy.forumactif.com/t39-jay-miller#55
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Lun 27 Nov - 14:13

Haha j'espère que tu auras l'occasion de nous raconter ça sur la CB alors :lunette:
Disney's Academy



« Cause we’re all passing time, looking for the rush that makes us feel alive, living through the moments, trapped inside a lie, i need you here tonight, show me there’s more to life, and we’re not passing time » Heffron Drive ft. Logan Henderson.

PRÉSENCE RÉDUITE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modo + Disney's academy student
Evolution chez Disney :
1 / 121 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Ballater en Ecosse, le 4 juillet 1995. J'ai donc actuellement 22 ans et je suis Ecossaisse!

Disney's academy et toi : Je suis le cursus Performer à la Disney academy en vu de devenir danseuse professionnelle.
Pour cela, j'ai des cours de dances, théatre, coaching vocal et image de soi.

Et dans la vie je suis : Le reste de la journée je travaille comme performer sur les parades et spectacle comme danseuse figurante.Mon objectif est de devenir la danseuse du Red Car Trolley News Boys.

Mon statut marital : Célibataire et je compte bien le rester.

Mon adresse postale : Je vis dans la résidence Simba.



Mes petits + : Mes topics en cours: 3/3
* Toma
* Nath
* topic event halloween

Mon réseau social : Elle déteste la bestiole bleu du nom de stitch! Elle prend d'ailleurs un malin plaisir à écorcher son nom depuis qu'elle a fini sous une douche froide.
Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t36-emily-rivers-my-disneyface http://disneyacademy.forumactif.com/t37-emily-rivers-cellphone http://disneyacademy.forumactif.com/t38-emily-rivers-ft-sarah-bolger http://disneyacademy.forumactif.com/t34-emily-rivers
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Lun 27 Nov - 14:28

Bienvenue parmi nous
Je voulais te souhaiter bon courage pour ta fiche mais tu sembles l'avoir terminée
*s'en va lire*
Disney's Academy



« Je veux tenter ma chance et décider de mon propre destin ! »

Mérida

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anaheim Citizen
Evolution chez Disney :
0 / 120 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Sao Paulo au Brésil, le 26/09/1983. J'ai donc actuellement 34 ans et je suis Brésilien!

Et dans la vie je suis : Directeur d'une chaîne d'hôtels.

Mon statut marital : Célibataire

Mon adresse postale : Je vis dans une villa située en bordure d'Anaheim.



Mes petits + : Δ A failli subir un viol à l'âge de 11 ans Δ Souffre douleur de ses camarades au collège, il a eu la chance de rencontrer Thiago qui l'a pris sous son aile et qui a fait de lui l'homme qu'il est devenu aujourd'hui Δ Il a marché sur les traces de son père et gère aujourd'hui l'entreprise familiale à ses côtés Δ Vient de s'installer à Anaheim dans l'espoir de retrouver December qui a mis fin à leur relation il y a tout juste deux ans.

Mon réseau social : ★★★★ Joe Geller: mon confident

★★★ Oprah Von Auer : souhaite tout mettre en oeuvre pour que tu retournes auprès de Matthew.

★★☆☆ December Patterson : mon ex
Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t762-adrian-caldeira-my-disney-face#8734 http://disneyacademy.forumactif.com/t761-adrian-s-phone#8733 http://disneyacademy.forumactif.com/t760-adrian-caldeira-ft-orlando-bloom http://disneyacademy.forumactif.com/t742-no-one-can-make-you-feel-inferior-without-your-consent-adrian-caldeira
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Lun 27 Nov - 20:17

Avec plaisir, je prendrai le risque Razz.

Elle est finie à 99% à vrai dire: merci à toi en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Manager at the Disney's academy
Evolution chez Disney :
6 / 126 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Los Angeles en Amérique, le 7 décembre 1989. J'ai donc actuellement 28 ans et je suis américaine!

Disney's academy et toi : Je suis passée à la Disney Academy en tant que professeur de danse il y a un an.


Et dans la vie je suis : Je suis cast member à Disneyland puisque je me glisse tous les jours dans le costume d'Elsa, la reine des neiges. Il m'arrive parfois de remplacer Cendrillon, mais j'essaye d'éviter au maximum cela. Je préfère largement Elsa à Cendrillon.


Mon statut marital : Je suis... Toujours fiancée, mais cela ne compte plus depuis que j'ai fui mon ex petit ami. Pour le moment, il ne sait toujours pas où je suis, et cela me va très bien. Je suis donc célibataire, et je compte bien le rester. Je fuis tout engagement et tout attachement de ma part, comme de la part de l'autre.




Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t441-i-ll-be-the-actress-starring-in-your-bad-dreams-december#4863
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Lun 27 Nov - 20:25

LIBEREZ LE PASSAGE !! :fallinlove: :fallinlove: :koeur: :koeur:

Bienvenue encore une fois et merci mille fois d'avoir choisi mon scénario, je te dois plein de cookies au shoko-bons, des câlins, des RPs et tout ce qui s'en suit ! :fallinlove: :fallinlove: :koeur: :koeur: :koeur:

En plus tu arrives parfaitement au bon moment. :fallinlove:

Je le redis ici au cas où pour pas te faire attendre pour la validation, la fiche est parfaite de mon côté. :fallinlove:
Disney's Academy


If this is love I don't want it ;
I love you to the moon and back, to infinity and beyond, forever and ever. Laugh as much as you breath. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anaheim Citizen
Evolution chez Disney :
0 / 120 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Sao Paulo au Brésil, le 26/09/1983. J'ai donc actuellement 34 ans et je suis Brésilien!

Et dans la vie je suis : Directeur d'une chaîne d'hôtels.

Mon statut marital : Célibataire

Mon adresse postale : Je vis dans une villa située en bordure d'Anaheim.



Mes petits + : Δ A failli subir un viol à l'âge de 11 ans Δ Souffre douleur de ses camarades au collège, il a eu la chance de rencontrer Thiago qui l'a pris sous son aile et qui a fait de lui l'homme qu'il est devenu aujourd'hui Δ Il a marché sur les traces de son père et gère aujourd'hui l'entreprise familiale à ses côtés Δ Vient de s'installer à Anaheim dans l'espoir de retrouver December qui a mis fin à leur relation il y a tout juste deux ans.

Mon réseau social : ★★★★ Joe Geller: mon confident

★★★ Oprah Von Auer : souhaite tout mettre en oeuvre pour que tu retournes auprès de Matthew.

★★☆☆ December Patterson : mon ex
Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t762-adrian-caldeira-my-disney-face#8734 http://disneyacademy.forumactif.com/t761-adrian-s-phone#8733 http://disneyacademy.forumactif.com/t760-adrian-caldeira-ft-orlando-bloom http://disneyacademy.forumactif.com/t742-no-one-can-make-you-feel-inferior-without-your-consent-adrian-caldeira
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Mar 28 Nov - 7:35

Continue comme ça et je vais me charger de te rendre la pareille en t'envoyant une pluie de compliments jusqu'à temps que tu sois aussi rouge qu'une tomate Razz.

Plus sérieusement, merci de tout cœur mais encore une fois, tout le mérite t'en revient: c'est ton scénario qui m'a tellement inspiré.

Au passage, j'ai fini de compléter ma fiche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin + Disney's academy student
Evolution chez Disney :
2 / 122 / 12

Ma petite bio : Je suis né à Londres en Angleterre, le 10 juin 1995. J'ai donc actuellement 22 ans et je suis Britannique. (Je lève le petit doigt pour boire le thé!)

Disney's academy et toi : Deuxième année en cursus Performer. Je suis les cours de Danse, coaching vocal, chant, doublage, et animation tv. J'aimerais devenir animateur tv et doubleur de dessins animés. Ces derniers temps, je remets beaucoup en question ma place à l'académie, étant très occupé par les spectacles à Disneyland, je n'ai plus une seconde pour moi.



Et dans la vie je suis : Pour payer mes études je suis Cast-Member à Disneyland Resort. J’interprète principalement Flynn (Raiponce) en Meet and Great et au sein du spectacle Mickey and the Magical Map. Actuellement je suis aussi danseur sur la parade de Noël, dans la peau d'un lutin. (Et je passe trois plombes à camoufler mes bras tatoués! Comment regretter tes addictions.)



Mon statut marital : Professionnel dans l'art de se faire friendzoné. Célibataire.



Mon adresse postale : J'ai un petit appart' dans la résidence Simba, à Cast-Member Land. J'y suis en colocation avec Toma & Nat. Peter, Hiro et Eugène en trio!



Mes petits + : Les rumeurs courent comme quoi il serait gay. Et s'il a tenté de les démentir, il est contraint de réaliser qu'il développe d'étranges sentiments pour un garçon... • S'il est célibataire depuis des mois, il s'occupe mieux de la vie privée de ses potes, telle une fouine mégère, que de ses propres fesses • Il craque souvent sur des filles plus âgées que lui • Il a été cast-member à Disneyland Paris, Prince Philippe en parade, et opérateur d'attraction sur Pirate des Caraïbes • Il tient son rôle de Flynn à Disneyland, très à cœur, c'est son personnage préféré (Il idéalise beaucoup la relation de Flynn et Raiponce) • Il est casse coup, il ne tient pas en place • Il sort beaucoup, c'est un vrai pilier de soirées • Contrairement à l'image qu'il donne, il n'a pas eu beaucoup de nanas dans sa vie. C'est un vrai énergumène, mais avec les filles il stresse beaucoup • Il ne fume et boit qu'en soirée • Il perd très vite son sang froid, il se vexe facilement, et est plutôt mauvais joueur. En revanche il est plutôt romantique, à l'écoute et très attentionné • Il a la phobie des insectes et des reptiles • Ses plats préférés sont souvent italiens • Ses tatouages sont la faute d'un passage rebelle à l'adolescence, il en regrette certains, surtout dans son boulot • Il s'investie énormément dans les droits des animaux, et est actuellement bénévole au refuge de Anaheim • Il a un humour pourrit qui ne fait rire que lui • Il est issu d'une famille nombreuse, il a deux grands frères et trois petites sœurs • S'il était à Poudlard, il serait un Poufsouffle (Les britanniques se doivent de préciser ça!) • Ses Disney préférés sont Mary Poppins, Raiponce, et Atlantide • Il regarde énormément de reportages sur Walt Disney, qui le fascine • Il connait pratiquement toutes les musiques Disney par cœur, il n'écoute que ça • Il n'a pas le permis de conduire, il l'a pourtant passé trois fois • Il a été fiancé à l'une des actrices qui interprète Raiponce (Jude), mais ils se sont séparés après trois ans de vie commune.



Mon réseau social : ★★★☆ Nat ▬ Mon meilleur ami, enfin je crois. On est entré en même temps à l'académie, à Disneyland, on est colocataire. On se voit du matin au soir, et on n'arrive même pas à se saouler, alors je pense que c'est ça la bonne définition.

★★★☆ Valentin ▬ Je crois qu'il est un peu comme un meilleur ami. Si j'étais une femme, j'aurais été sa Jane. Entre lui et moi ça dure depuis une éternité. On s'est rencontré à Paris, à Disneyland. Il y bossait dans un café. Un soir je l'ai surpris à chanter. Il avait une telle voix, que je l'ai encouragé à postuler sur Anaheim. Le hasard faisant bien les choses, c'est aussi là que j'ai été. On ne se quitte pas c'est vrai. On suit le même cursus à l'académie, les mêmes cours, on bosse au même endroit. On est un peu comme un vieux couple marié depuis plus de 75 ans, et que plus rien ne peu séparer maintenant. Faut bien avouer que je serais un peu perdu sans lui.

★★★☆ Jesse ▬ Le pote parfait, d'une virée parfaite. Je suis allé vers lui quand j'ai su qu'il était le fils du pire prof que j'ai connu, Owens. Et j'ai rapidement compris qu'il le haïssait autant que moi. On a alors commencé à sortir en duo, moi je me suis amusé à lui faire découvrir Anaheim, et on ne s'est plus jamais quitté.

★★★☆ Jude ▬ Elle était tout pour moi. Je me suis même agenouillé devant elle, pour lui passer un joli petit - ok on fait avec ses moyens! - diamant au doigt. J'ai tout abandonné pour elle, m'installant à Anaheim juste pour la suivre. Mais Madame avait de grand rêves, dont je ne faisais pas vraiment parti... Elle s'est envolé pour la Chine il y a quelques mois, laissant mon petit cœur en morceaux. Quand elle est revenue en septembre, elle voulait reprendre notre histoire là ou on l'avait laissé. Mais j'ai trop souffert, et j'avais l'impression d'être prit pour un idiot. Je l'ai repoussé, encore et encore, mettant un point final à notre relation. Aujourd'hui, nous tentons de sauver au moins notre amitié, qui elle, nous manque plus que tout.

★★☆☆ Eli ▬ Comme j'ai le contacte facile avec les gamins, et que j'ai vite comprit que mon coiffeur à Disneyland, avait besoin de sortir, avec toutes les emmerdes qu'il avait vécu ces derniers temps... Je suis devenu le babysitter de sa fille, Tasha.

★★☆☆ Paki ▬ On a tout le temps les mêmes délires, du jour ou il est rentré à Disneyland, on a comprit qu'entre nous, ce serait une longue histoire! Il faut toujours qu'on invente toutes sortes de conneries, la dernière en date ? faire croire qu'on est un parfait petit couple. Et tout le monde y croit!

★★☆☆ Toma ▬ Heureusement qu'il ne s'est pas appelé xin puah pen ou bol de riz, j'aurais eu du mal à enregistrer son prénom. Mais Toma ça sonne bien anglais. Ce petit là je l'aime bien. Au début quand j'ai su que j'allais vivre avec un petit nain comme ça, j'ai crus qu'il serait du genre geek et ennuyeux à mourir. Mais en fait, on est un joli trio, on sort beaucoup, et je crois qu'on est pas mal devenu inséparables!



★★☆☆ Tony ▬ Il fut un temps ou l'on ne pouvait pas s'encadrer... Puis une bataille en Spiderman contre Captain America, et quelques bières plus tard, on est devenu insérables. Je lui ai même roulé une pelle une fois... Mais pour ma défense, j'étais bourré et j'ai vomis juste après!

★★☆☆ Alex ▬ Notre costumier, on s'est toujours bien entendu, je peux dire qu'on est plus amis que collègues. Et lui il a du style. Ok, j'avoue qu'à être souvent caché derrière les portants, j'en sais un peu trop sur lui... Héhé.

★★☆☆ Aiden ▬ Caché derrière mes portants comme toujours, j'ai aperçu la starlette rendre visite à Alex un jour. J'ai rapidement comprit le manège qui se tramait entre ces deux là, alors je ne sais pas pourquoi, je lui ai couru après, prétextant être un admirateur, le tout pour entrer dans son petit cercle d'amis, afin de jouer les cupidons entre lui et Alex... Le truc c'est que maintenant faut que je me tape toute sa série!

★★☆☆ Luna ▬ C'est ma Loufoca. Je l'ai rencontré quand j'ai voulu refaire un tatouage. Je ne connaissais pas les salons à Anaheim et je me suis arrêté sur le sien. On a très vite accroché, avec notre humour aussi pourrit. J'ai d'ailleurs un petit pingouin de tatoué sur les fesses à cause d'elle.

★★☆☆ Lucia ▬ Ma copine de scène. On s'est rencontré lors des premières répétitions de Mickey and the Magical Map, dont on fait tous les deux parti du casting. On a bien accroché alors je l'ai entraîné avec moi dans mes sorties et mes fiesta pour lui faire rencontrer du monde. On est tellement toujours collé l'un à l'autre en fête, qu'on nous prend souvent pour une couple d'ailleurs.

☆☆☆☆ Emily ▬ On s'est rencontré à l'académie, lors des portes ouvertes. J'étais son parrain. Je ne sais pas trop quoi penser d'elle, parce qu'à peine on se rencontrait, que déjà elle me prenait par la main ç_ç. Honnêtement je crois qu'elle me fait un peu flipper.



RPS EN COURS: LuciaJasmine
Voir le profil de l'utilisateur http://disneyacademy.forumactif.com/t41-jay-miller-my-disneyface#57 http://disneyacademy.forumactif.com/t42-jay-miller-cellphone http://disneyacademy.forumactif.com/t40-jay-miller-ft-louis-tomlinson http://disneyacademy.forumactif.com/t39-jay-miller#55
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   Mar 28 Nov - 12:02

Ta plume! :imashokme: Tu écris tellement bien! Tu vas t'entendre à merveille avec Decy, qui est je pense, l'une des meilleures rplayeuse que j'ai croisé!

Félicitation!!

Te voilà validé! Tu vas pouvoir voguer au grès du vent, de la magie Disney, et de toute la féerie qui va avec. Bon ok, avant de profiter trop pleinement de tout ça, il va quand même te falloir un dernier effort :

• Vérifie dans 5 minutes, que ton avatar a bien été ajouté à la liste des avatars pris, dans le bottin. Sinon signale le rapidement à l'administrateur ayant opéré ta validation. Ce serait bête que tu te retrouve avec un frère jumeau, pas vraiment prévu dans ton histoire!

• Vas te chercher quelques amis dans les demandes de liens. Ca t'aidera pour te trouver des rps, et des partenaires de jeu.

• L'agence des métiers et l'agence immobilière sont aussi un passage important. Tu trouveras aussi une petite section réservée aux étudiants et managers de la Disney Academy ici.

• Ouvre toi un DisneyFace et un téléphone portable par là

Remplit bien ton profil. De un c'est moche un profil vide, de deux, les autres joueurs aiment bien en savoir plus sur les personnages avant de les contacter pour rp, ou pour avoir des liens.

Je pense qu'on a fait le tour. Si tu as des questions, n'hésites pas à contacter un membre du staff. Tu peux proposer des personnages prédéfinis ou des pré-liens. Réponds sans attendre aux invités qui attendent d'avoir des liens avant de nous rejoindre, ça sera toujours sympa pour eux, comme pour le développement de ton personnage. Et puis à présent, je te dis bon jeu, amusez-toi bien, et que la force du rp soit avec toi!
Disney's Academy



« Cause we’re all passing time, looking for the rush that makes us feel alive, living through the moments, trapped inside a lie, i need you here tonight, show me there’s more to life, and we’re not passing time » Heffron Drive ft. Logan Henderson.

PRÉSENCE RÉDUITE

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira   

Revenir en haut Aller en bas
 
No one can make you feel inferior without your consent ✜ Adrian Caldeira
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disney's Academy :: Once Upon a Time :: Écris ton histoire :: Présentations validées-
Sauter vers: